MAGHREB
22/12/2015 04h:34 CET

À Tunis, des responsables de 24 localités libyennes signent l'accord parrainé par l'ONU

AFP

Libye- Des responsables de 24 localités ont à leur tour signé lundi l'accord parrainé par l'ONU en vue de la formation d'un gouvernement d'union en Libye, une démarche saluée par l'émissaire onusien Martin Kobler, qui a renouvelé son appel à rejoindre le processus.

"Je suis très heureux de ces 24 signatures (...) par des responsables municipaux (libyens). C'est un signal positif", a déclaré à la presse M. Kobler, à la sortie d'une réunion à Gammarth, près de Tunis.

"Il est très important que les municipalités deviennent partie intégrante de l'accord signé il y a quelques jours à Skhirat (Maroc). Leur implication doit être forte car c'est là que se trouvent (...) les besoins de la population", a-t-il ajouté.

Parmi les signataires figurent de hauts responsables des villes de Sabratha, près de Tripoli, Zenten (ouest), Al Baïda (nord-est) mais aussi de Misrata, a constaté un journaliste de l'AFP. Le noyau dur de "Fajr Libya", une coalition de milices notamment islamistes, se trouve dans cette dernière localité située à 200 km à l'est de Tripoli.

"Les habitants ont besoin d'eau potable, d'électricité et d'un gouvernement fort pour le leur fournir. C'est pourquoi je demande aux maires de retourner dans leurs villes et d'appeler leurs administrés à soutenir l'accord", a insisté Martin Kobler.

Il a de nouveau répété que "les portes sont grandes ouvertes" à l'attention de ceux n'ayant pas encore signé le document.

Après des mois de négociations, des hommes politiques, représentants de la société civile libyenne et membres des deux Parlements rivaux ont signé jeudi dernier l'accord parrainé par l'ONU, qui prévoit la mise en place d'un gouvernement d'union nationale.

Les présidents des Parlements se sont toutefois opposés au texte et sont favorables à un accord alternatif interlibyen signé début décembre à Tunis.

Dans un entretien à l'AFP, M. Kobler a de son côté indiqué dimanche que des contacts étaient en cours à Tripoli avec des responsables de la sécurité afin de permettre l'installation du gouvernement d'union.

"Nous espérons parvenir à un accord avec tout le monde --l'armée, la police mais également les milices--", a-t-il souligné.

En proie au chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye compte deux Parlements - et deux gouvernements - qui se disputent le pouvoir, l'un basé à Tripoli et l'autre à Tobrouk (est), ce dernier étant le seul reconnu internationalement. Cette situation a permis l'émergence du groupe Etat islamique (EI).

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.