ALGÉRIE
02/09/2014 05h:54 CET

Libye : Violents combats pour l'aéroport de Benghazi, polémique avec la Turquie

Twitter
Un milicien islamiste libyen à Derna devant une batterie anti-aérienne

De violents affrontements se déroulent entre les islamistes du Majliss Echoura des révolutionnaires de Benghazi et les forces du général à la retraite Khalifa Haftar près de l'aéroport de Benina.

Les bilans de ces affrontements restent imprécis, les plus récents font état de 31 tués dans les deux camps. Un officiel cité par l’agence AP a indiqué que des raids aériens ont été menés par le camp de Haftar contre les positions des islamistes qui ont répondu par des tirs d'artillerie. 20 partisans du général Haftar seraient morts dans les combats contre 11 islamistes.

Les forces du Majliss Echoura affirment avoir pris le contrôle de trois axes en prélude à la prise de l'aéroport qui est sous le contrôle des partisans du général Haftar. Les islamistes ont pris le contrôle depuis un mois de la route de l'aéroport et du pont de Benina.

Dans une nouvelle action contestant la légitimité du gouvernement et du parlement, les "révolutionnaires de Tripoli" ont décidé de créer, eux aussi et à l'image de ce qui se passe à Benghazi, un "Majliss Choura des révolutionnaires du Grand Tripoli" regroupant des unités combattantes.

Le premier communiqué du "Majliss des révolutionnaires" du Grand Tripoli indique qu'il œuvrera "à corriger le parcours de la révolution de février et accompir ses objectifs". Le même communiqué indique qu'il "rejette le terrorisme et l'extrémisme".

Le nouveau Majliss n'intègre pas en son sein les unités combattantes et les formations qui n'ont pas une position "claire" sur Fajr Libya ou bien n'ont pas participé aux combats autour de l'aéroport. Les forces du général Haftar qui ont lancé "l'opération dignité" ont perdu leurs positions dans la ville de Benghazi.

Polémique avec la Turquie

Une polémique oppose par ailleurs les autorités libyennes de "Tobrouk" à la Turquie. Réagissant à des déclarations faites par le président turc Tayyib Erdogan, à la chaine Al Jazeera estimant "inacceptable que le Parlement libyen se réunisse à Tobrouk", un porte-parole du ministère libyen des affaires étrangères s’est dit "surpris" et a parlé d’une "ingérence flagrante dans les affaires intérieures libyennes".

Le porte-parole libyen a demandé à Erdogan de clarifier ses déclarations en rappelant qu’il avait félicité le nouveau parlement élu.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères turc, Tanju Bilgic a qualifié "d'injustes" les critiques faites par l'administration libyenne à l'égard du président turc, Recep Tayyip Erdogan.

Tanju Bilgic a souligné que la Turquie est l'un des pays amis de la Libye, soutenant l'administration établie suite à la révolution du 17 février.

"Il est injuste et inacceptable que les affirmations et les sentiments sincères et amicaux de notre président de la République envers la Libye soient mis en cause avec légèreté ", a déclaré le porte-parole du ministère turc des affaires étrangères, dont les propos sont rapportés par l’agence Anadolu.

La décision du parlement libyen de s’installer à Tobrouk, ville considérée comme "acquise" au général Khalifa Haftar est devenue un nouvel élément de discorde en Libye.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.