MAROC
02/08/2018 15h:11 CET

L'humoriste marocain "Kachbal" tire sa révérence

Le duo qu'il formait avec son acolyte "Zeroual" a fait le bonheur du public dans les années 70 et 80.

DR
À droite, Kachbael

DÉCÈS - L’un des doyens de l’humour marocain nous a quittés. Ali Bachar, connu sous le nom de “Kachbal”, est décédé, ce jeudi, des suites d’une longue maladie, d’après nos confrères de Hespress. Citant son fils, ce dernier précise que son père a rendu l’âme ce matin après s’être battu contre la maladie pendant cinq ans.

Avec son neveu, Mohamed Bachar, alias “Zeroual”, il avait formé un duo d’un style inspiré de la “halka” ou spectacle de rue. Les deux hommes, qui n’avaient jamais quitté la ville de Settat, l’un avec un “bendir”, et l’autre avec un “guembri”, instruments de musique marocaine traditionnelle, animaient des spectacles où les situations de vie et les phénomènes sociaux se transformaient en chansons entrecoupées de blagues et de sketchs. 

Le duo a commencé, selon la MAP, à se produire dans les grands souks de la région de Chaouia, avant de faire son apparition sur le petit écran, lors des soirées des studios Aïn Chock.

En jellaba et tarbouch, les deux hommes étaient devenus populaires et ont  acquis, dans les années 70 et 80, une grande notoriété à l’échelle nationale, au point où certaines marques, à l’époque, en ont fait leurs égéries. 

Le duo avait enregistré des chansons et des spectacles, notamment sur disques vinyles 33 tours. 

Inséparable, le duo s’est éclipsé ces dernières années des télévisions, mais conservait toujours sa popularité auprès des nostalgiques. 

“Zeroual”, indique Hespress, estime que “la scène artistique a perdu un de ses membres qui ont  apporté la joie et le spectacle aux Marocains par le moyen de disques, de capsules et de la télévision et des spectacles”. 

Nés tous les deux en 1932 de parents mélomanes qui avaient un penchant pour la musique spirituelle, “Kachbal” et “Zeroual” avaient reçu plusieurs prix et hommages au cours de leur longue carrière. La MAP précise ainsi qu’en 2013, un hommage a été rendu au duo par l’Association du Maroc profond pour la protection du patrimoine, qui organise le festival national ‘’Louthar’’.  Un autre leur a été rendu plus récemment, en 2017, par la même association.