17/06/2019 13h:16 CET | Actualisé 17/06/2019 13h:16 CET

L'huître célébrée à El Jadida, berceau de l’ostréiculture marocaine

L’Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture, organisatrice de l'événement, veut faire de la Journée de l'huître un rendez-vous annuel.

Rafael Marchante / Reuters
Des hommes préparent des paniers d'huîtres dans une ferme ostréicole à Oualidia le 13 mai 2009. Oualidia est célèbre pour ses parcs à huîtres, qui produisent environ 200 tonnes d'huîtres, dont la plupart sont vendues sur le marché local.

FÊTE - Ce 20 juin, El Jadida accueillira la première édition de la Journée annuelle de l’huître, organisée par l’Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture (ANDA). Un événement inédit pensé dans le but de “construire une vision commune pour le développement durable de la filière ostréicole”.

La ville de El Jadida n’a pas été choisie au hasard, la région étant le “berceau de l’ostréiculture marocaine”, souligne un communiqué de l’ANDA. Autour d’ostréiculteurs marocains et étrangers, spécialistes intervenant dans la chaîne de valeur de cette filière et experts nationaux et internationaux dans le domaine de l’ostréiculture, cette première édition aura pour thème “Regards croisés sur l’ostréiculture marocaine, et quels enjeux pour demain?”. 

Des conférences seront organisées tout au long de la journée, abordant les aspects de marché, techniques, environnementaux ou encore sanitaires. Sans oublier la dégustation du sujet. Pour la pause café et pour clore ce nouveau rendez-vous, le goût de l’huître marocaine sera mis à l’honneur.

“L’ostréiculture demeure aujourd’hui la principale activité aquacole au Maroc avec une production dépassant les 400 tonnes annuellement et un nombre d’entreprises important en cours d’installation à Dakhla et dans d’autres régions. En organisant cet événement, nous souhaitons faire de cette journée, un rendez-vous annuel de l’huître, afin que ce soit un moment de rencontre entre les ostréiculteurs et les acteurs exerçant dans les activités annexes à cette filière, et une station pour discuter des sujets d’intérêt”, a souligné Majida
Maarouf, directrice de l’Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture.