MAROC
06/03/2019 15h:47 CET

L'exposition "Marocaines au-devant de la scène" de Leila Alaoui s'installe Rabat jusqu'au 6 avril

Une expo qui rend hommage aux femmes marquantes de la scène artistique et culturelle marocaine.

AUGUSTIN LEGALL

CULTURE - La Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger organise, en partenariat avec la Fondation Leila Alaoui, l’exposition “Marocaines au-devant de la scène” de la photographe maroco-française Leila Alaoui, décédée en janvier 2016 lors d’un attentat terroriste à Ouagadougou au Burkina Faso. Les œuvres de l’artiste investiront ainsi les murs de l’Espace Rivages à Rabat du 7 mars au 6 avril 2019.

Une exposition à la symbolique forte qui rend hommage aux artistes et femmes de lettres marocaines et à leurs talents, à travers une série de portraits, en noir et blanc, de personnalités emblématiques de la scène artistique et culturelle marocaine. Le vernissage de l’exposition est prévu à la veille du la journée internationale des droits des femmes à partir de 18h à l’Espace Rivages au siège de la fondation.

Photographe et vidéaste née à Paris en 1982, Leila Alaoui est décédée le 18 janvier 2016, après avoir succombé à ses blessures causées lors d’une attaque terroriste, alors qu’elle effectuait un reportage sur les violences faites aux femmes pour Amnesty International. Elle a étudié la photographie à l’Université de la ville de New-York. Elle vivait entre la France, le Liban et le Maroc.

Parmi ses thèmes de prédilection, l’immigration fut un sujet récurrent dans ses travaux, notamment dans “No Pasara” où elle a mis en lumière le phénomène des “Harragas” (brûleurs ou migrants en arabe). Elle a retracé la réalité quotidienne des Syriens réfugiés au Liban dans l’exposition “Natreen” et a évoqué l’expérience des migrants subsahariens et leur traversée dans “Crossing”. Son installation vidéo “L’île du Diable” dévoile le désarroi des travailleurs immigrés. Leila Alaoui a également présenté des portraits grandeur nature dans sa série “Les Marocains”.