MAROC
22/08/2018 11h:03 CET

L'ex-chef de campagne de Trump condamné pour fraude

Un second procès attend Paul Manafort, le 17 septembre à Washington.

Rick Wilking / Reuters
Le président américain Donald Trump et son chef de campagne, Paul Manafort, le 21 juillet 2016.

INTERNATIONAL - Paul Manafort, l’ex-chef de campagne du président des États-Unis Donald Trump, a été reconnu coupable, mardi 21 août, de huit chefs d’accusation dans son procès pour fraude financière, le premier procès lié à l’enquête sur le rôle de la Russie dans l’élection présidentielle de 2016 aux Etats-Unis.

Au terme de près de quatre jours de délibérations, les jurés d’un tribunal fédéral d’Alexandria, près de Washington, ont déclaré Paul Manafort coupable de deux chefs de fraude bancaire, de cinq chefs de fraude fiscale et d’un fait de non divulgation de comptes bancaires étrangers.

Les jurés ne sont pas parvenus à se mettre d’accord sur les dix autres chefs d’inculpation visant Manafort.

Les charges contre Paul Manafort concernent certes des faits essentiellement antérieurs à son travail pour Donald Trump lors de la campagne de 2016, mais le verdict constitue dans son ensemble une victoire pour Robert Mueller, le procureur spécial chargé depuis mai 2017 d’enquêter sur le rôle de la Russie et sur une éventuelle collusion entre des membres de l’équipe de campagne du président américain et des responsables russes.

Les deux condamnations pour fraude bancaire sont passibles chacune d’une peine d’emprisonnement de 30 ans. Mais plusieurs spécialistes judiciaires estiment que Paul Manafort, qui est âgé de 69 ans, sera condamné à une peine d’emprisonnement d’environ 10 ans.

Un second procès attend Paul Manafort, le 17 septembre à Washington pour lequel il est accusé de blanchiment d’argent et d’entrave à la justice.

Réagissant au verdict, le président Trump a déclaré que cette affaire n’avait rien à voir avec lui ni avec les soupçons d’ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016.

“Paul Manafort est un homme bien. (...) Cela ne me concerne pas, mais je me sens toujours, vous savez... C’est une chose très triste qui s’est produite”, a déclaré le président. “Cela n’a rien à voir avec la collusion russe. Cela a commencé comme une collusion russe; cela n’a absolument rien à voir. C’est une chasse aux sorcières et c’est une honte”, a-t-il ajouté.

Ce verdict contre Manafort intervient au même jour que l’ex-avocat personnel de Donald Trump, Michael Cohen, plaidait coupable à New York d’avoir organisé des versements pour acheter le silence de deux femmes.

L’ex-avocat a affirmé avoir agi ”à la demande du candidat” et “avec l’intention d’influencer l’élection” présidentielle de 2016.