ALGÉRIE
24/07/2019 11h:29 CET | Actualisé 24/07/2019 13h:59 CET

Levée du contrôle judiciaire sur Salah Dabouz et Hadj Barhim Aouf

Huffpost MG

L’avocat Salah Dabouz et le militant politique Hadj Brahim Aouf ne sont plus soumis à un contrôle judiciaire. Le juge d’instruction de la première chambre du tribunal de Ghardaia a informé Me. Salah Dabouz que son affaire a été renvoyée, sans instruction, devant le tribunal des délits, a-t-on appris auprès du concerné.

Cet avocat était soumis à un contrôle judiciaire depuis le 08 avril dernier. Basé et exerçant à Alger, il était obligé de se rendre 3 fois par semaine à Ghardaïa, parcourant une distance totale de 3600 km. “Une bonne nouvelle dans la forme”, a-t-il déclaré, promettant une vidéo pour expliquer cette décision. Il a expliqué que le juge d’instruction a renvoyé son affaire devant le tribunal des délits après avoir refusé de l’entendre à deux reprises.

Me Dabouz a entamé, le 08 juillet dernier, une grève de la faim pour protester contre cette décision et réclamer justice. Il avait affirmé “le président de la cour a donné l’ordre aux services des greffes de refuser toute requête” émanant de lui et demandant “la levée du contrôle judiciaire” auquel il est soumis.

Il a aussi souligné que ce même président a donné l’ordre aux services des greffes de “refuser toute requête en action en responsabilité contre l’Etat algérien intentée par Mme Fekhar, veuve de feu Dr Kamel-Eddine Fekhar, représentée par Me Salah Dabouz”.

“Il ne restait rien à faire”, dit-il avouant qu’il avait même “pensé à s’immoler sur le toit du tribunal de Ghardaïa”. Toutefois, il ne compte pas cesser sa grève de la faim avec la levée de ce contrôle judiciaire.

Le militant et syndicaliste Aouf Hadj Brahim est un ex-codétenu avec le Dr Kamel Eddine Fekhar. Il a été arrêté dimanche 31 mars 2019 avant d’être libéré le jeudi 30 mai 2019, deux jours après le décès du militant mozabite. 

Aouf Hadj Brahim, défendu par Salah Dabouz, était poursuivi pour cinq affaires. Il était également sous contrôle judiciaire.