ALGÉRIE
07/11/2015 13h:09 CET | Actualisé 07/11/2015 13h:09 CET

Levée de boucliers après la suspension de la chaîne Al Mayadeen par Arabsat

Facebook/ Sami Kleib

Arabsat, l'opérateur de communications par satellite, a suspendu la fourniture de ses services à la chaîne de télévision libanaise al-Mayadeen. Une décision que la chaîne a expliqué par "une tentative de faire taire une voix indépendante".

Arabsat dont tous les pays arabes participent au capital est majoritairement financé par les pays du Golfe avec à leur tête l’Arabie saoudite (36% des parts), suivie par le Koweit (14%), la Lybie (11%) et le Qatar (9%).

Lors d'une conférence de presse, le directeur de la chaîne Ghassan Ben Jaddou a souligné la pression de certains pays arabes sur son médias. Il a affirmé avoir été pris au dépourvu par le dépôt de la plainte contre sa télévision auprès de la justice et a assuré que sa chaîne n'a pas "violé les lois libanaises", soulignant que certains cherchent à intimider ses journalistes.

Il a également affirmé que l'on a demandé à al-Mayadeen de ne pas traiter la guerre menée par l'Arabie saoudite sur le Yémen comme relevant d'une question humanitaire et de ne pas couvrir les bombardements saoudiens sur les cibles civiles yéménites.

"Quelle que soit la décision de l'État libanais et malgré la décision de suspendre la diffusion de nos programmes sur Arbasat, nous ne changerons pas notre ligne éditoriale qui, et nous n'avons aucune honte de l'afficher, est proche du Hezbollah", a dit M; Ben Jeddou.

Le directeur de la chaîne a, cependant, refusé d'assumer la responsabilité des propos tenus par un invité d'une émission télévisée diffusée par al-Mayadeen et qui "n'engagent en rien les journalistes de la chaîne, encore moins la chaîne elle-même".

Après avoir suspendu les programmes du médias, Arabsat a porté plainte contre Al Maydeen pour "insulte à un pays arabe" après avoir accueilli un invité qui a vilipendée des dirigeants saoudiens.

La suspension des programmes de Al Maydeen du satellite panarabe n'a pas manqué de susciter une foule de réactions notamment de la part de ceux qui ont trouvé en cette chaîne un autre son de cloche que celui que leur sert la chaine qatari Al Jazeera.

مزيد من المواقف المتضامنة مع #الميادين #مع_الميادين

Posté par ‎قناة الميادين - Al Mayadeen Tv‎ sur samedi 7 novembre 2015

Soutenant ses confrères de la chaîne libanaise, le célébré éditorialiste palestinien Abdelbari Atwane, a écrit un vrai brûlot contre cette atteinte scandaleuse à la liberté d'expression. "Bloquez nos sites, confisquez nos journaux, chassez-nous de votre Arabsat... Nous continuerons à écrire et à dire ce que nous pensons. Nous vaincrons pour cette nation et sa foi. Vous ne bâillonnerez pas notre bouche tant que l'on respire et tant que l'on peut l'ouvrir", peut-on lire sur son site Raï Al Youm

Le ministre de l'Information libanais, Ramzi Jreige, a déclaré, pour sa part, qu'un comité étudiera la plainte déposée à la lumière des textes de la loi libanaise et de la Constitution qui garantissent les libertés.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.