ALGÉRIE
09/10/2019 08h:40 CET | Actualisé 09/10/2019 08h:51 CET

Lettre du commandant Lakhdar Bouregaa (traduction)

DR
Lakhdar Bouregaa

Prisonnier en détention provisoire

Plus de trois mois après le placement du moudjahid Lakhdar Bouregaa en détention provisoire sous l’accusation d’outrage à corps constitué et d’atteinte au moral de l’armée en temps de paix, le collectif de la défense, désigné par sa famille et après l’avoir contacté et consulté, publie les précisions suivantes afin de couper court à toutes les interprétations. Il précise ce qui suit:

En raison de la situation sensible qui vit le pays et partant de mon devoir national, je veux préciser les points suivants.

Un- Je rappelle que j’ai été honoré à trois reprises par l’institution militaire: deux fois par le commandement de l’Académie interarmes de Cherchell et une autre fois par le commandement de la 1ère région militaire. J’en conserve encore les photos et les médailles chez moi, en milieu familial. Ma fierté pour ses hommages a grandit davantage lorsque cette institution s’est positionnée du côté des revendications du hirak populaire pacifique, méritant de ce fait dignement sa dénomination d’armée nationale populaire et réalisant le slogan de “Djeich-Chaab, khawa-khawa”, slogan conçu et clamé par l’ensemble des acteurs du mouvement populaire. 

J’ai également tenu en toutes circonstances à conseiller aux jeunes et à l’ensemble des acteurs du Hirak d’éviter la confrontation avec l’institution militaire et les autres forces de sécurité par conviction que ces institutions protègent l’Etat et l’unité nationale, ce qui est un enseignement de ce qui est arrivé dans plusieurs pays connu.

Deux - S’agissant de mes déclarations sur la fondation de l’armée de l’Etat algérien indépendant, elles sont un témoignage historique documenté dans mes mémoires publiées depuis plusieurs décennies. Elles ne concernent en aucun cas la troisième génération des enfants de l’indépendance qui composent l’écrasante majorité des éléments de l’armée nationale populaire aujourd’hui. Il n’était nullement de mes intentions de nuire à l’institution de l’armée nationale populaire en tant que corps constitué assumant ses missions et prérogatives constitutionnelles. Mon intention était uniquement d’attirer l’attention et de mettre en garde contre le risque de tomber dans les mêmes erreurs du passé.

Trois: J’ai accompagné mes frères et mes enfants parmi le peuple Algérien dans leur hirak et je les ai soutenus dans leurs revendications légitimes et j’ai toujours appelé à rester attaché à une silmiya totale. De même que j’ai refusé les sollicitations de responsables du haut de la pyramide du pouvoir en Algérie pour la simple et unique raison que le peuple les rejette en tant que personnes.

Quatre: S’agissant du hirak populaire, nul ne doute qu’il s’agit d’une nouvelle réalisation historique du peuple algérien. Le soutenir et répondre à ses revendications est un acte patriotique qui ne peut être dénié que par celui qui ne respecte pas ce peuple qui suscite l’admiration, la considération et le respect du monde entier d’une part, et qui a fait bouger la machine des intrigues et des conspirations chez ses ennemis à l’intérieur et à l’extérieur d’autre part. 

De nombreux Etats craignent l’exportation de ce hirak avec son image pacifique hors des frontières. Ils essaient de brouiller les cartes pour dénaturer ses buts, notamment les parties traditionnellement hostiles à l’Algérie. Au niveau interne, les parties qui se vautrent dans la corruption tentent de toutes leurs forces et avec leurs méthodes ignobles de briser la cohésion nationale afin de survivre, mais en vain, Dieu est plus grand!  Sur ce chapitre précisément, ma position est d’exprimer mon rejet de l’accusation de traîtrise contre n’importe quelle région (du pays), à plus forte raison quand cette région est une partie essentielle du corps de l’Algérie qu’elle a honorée par son histoire et la bravoure de ses hommes. Que celui qui l’ignore revienne à la réponse du chahid Mostefa Ben Boulaid à Messali Hadj, les anomalies existent dans toutes les régions et elles ne servent pas de base de jugement.

Cinq: Enfin, je salue tous ceux qui se sont solidarisés avec ma cause et ont compris mes intentions. Je souhaite que cette précision lève l’équivoque chez ceux qui n’ont pas saisi la vérité de mon intention.

 A tous les Algériens, j’adresse un appel insistant à la haute vigilance et à la préservation du caractère pacifique de l’expression des revendications, d’éviter les provocations et les affrontements, de  faire de la préservation de la patrie la priorité et de refuser l’ingérence étrangère dans les affaires nationales sous quelque prétexte que ce ce soit.

Pour le moudjahid Lakhdar Bouregaa

Les avocats, maîtres Boussenane Fateh et Nadjib Bitam.

 

 

Traduction du HuffPost Algérie