MAROC
03/03/2019 11h:31 CET

L'Espagne et le Maroc travaillent sur une mesure de rapatriement des mineurs migrants marocains

L’Espagne promet de respecter “l’intérêt supérieur de l’enfant”.

Getty Editorial
Le ministre de l’Intérieur espagnol a fait l'annonce en marge d'une visite dans l'enclave espagnole du Maroc, Melilla.

MIGRANTS - Protéger contre le “déracinement”. Le Maroc et l’Espagne sont en train de travailler sur une méthodologie commune qui permettra le rapatriement des mineurs étrangers non accompagnés (MENA) de nationalité marocaine arrivant sur le territoire espagnol, rapporte l’agence de presse espagnole EFE. L’Espagne promet de respecter “l’intérêt supérieur de l’enfant”. 

Le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a fait l’annonce samedi, en marge de son premier voyage officiel dans l’enclave espagnole du Maroc, Melilla. “Grande-Marlaska a souligné que ce travail s’inscrit dans le cadre ‘de la coopération et de la collaboration avec le Maroc’, dont les autorités ‘sont les premières à se soucier de leurs mineurs et souhaitent qu’ils soient dans leur pays et les protéger, par leurs familles d’origine ou l’État marocain lui-même, parce qu’ils sont leurs mineurs et qu’ils n’aiment pas ce déracinement’”, rapporte EFE

Ce 26 février, l’Assemblée de Ceuta a approuvé la modification de la loi concernant le refoulement de tous les mineurs étrangers non accompagnés qui migraient pour des raisons économiques dans les deux enclaves espagnoles du Maroc. Le gouvernement de Ceuta demande qu’ils soient renvoyés dans leur pays ou dans le pays de transit, dans un délai maximum de trois mois après leur arrivée sur le territoire espagnol. Le ministre espagnol a, de son côté, affirmé son désaccord quand à cette mesure, qui doit être portée aux Cortes Generales, qui constituent le Parlement du royaume d’Espagne. Il a rappelé que la protection de ces mineurs est garantie par les conventions internationales et que les gouvernements des deux enclaves ne peuvent pas faire “de mesures d’exception”.