MAROC
01/06/2019 09h:15 CET | Actualisé 01/06/2019 17h:35 CET

L'ES Tunis remporte la Ligue des Champions d'Afrique au terme d'un match surréaliste

Entre les Marocains et la VAR, le courant ne passe (littéralement) pas.

Twitter/@SaadAbdel

FOOTBALL - Voilà une finale qui restera longtemps dans les annales du Wydad, mais certainement pas pour les bonnes raisons. Ce vendredi soir se tenait à Radès, en Tunisie, la finale retour de la Ligue des Champions d’Afrique, opposant les Tunisiens de l’Espérance Tunis aux Casablancais du Wydad.

Un match qui commence mal pour les rouges et blancs, le premier but de la rencontre étant marqué par l’ES Espérance à la 41e minute. De retour pour la seconde mi-temps, le WAC semble avoir repris du poil de la bête et marque son premier but à la 58e minute, signé Walid El Karti. Un but refusé, l’arbitre sifflant une faute et considérant que celui-ci a été marqué en position de hors-jeu, ce que conteste avec force les joueurs du Wydad. Ces derniers réclament l’utilisation de l’assistance vidéo, la fameuse VAR. Et là, c’est le drame.

Interruption de match

Les arbitres auraient alors indiqué une panne de la Var et ce depuis le début du match. S’en suit un des moments les plus kafkaiens du sport africain, les joueurs refusant de reprendre la match. Le stade est alors envahi des équipes techniques mais aussi des dirigeants des deux clubs, rejoints également par le président de la Confédération Africaine de Football (CAF), Ahmad Ahmad.

Un des joueurs du Wydad, dans ce qui restera une des images les plus marquantes de ce match, se saisit de l’écran de la VAR, en panne, pour le montrer au public.

Après plus d’une heure d’interruption, l’arbitre siffle finalement la fin de la rencontre qui se solde ainsi par la victoire de l’ES Tunis, pour la seconde année consécutive.

À l’issue du match, Khalil Khemmam de l’ES Tunis déclarera à la presse avoir été tenu au courant, avec le capitaine du Wydad du problème technique: “peut-être qu’il ne comprends pas l’anglais ou le français”, notera ce dernier. 

Une finale qui laissera pour longtemps un goût amer aux supporters du Wydad, mais aussi aux amoureux du football africain qui ont assisté, ce 31 mai, à un spectacle peu reluisant pour le sport continental.