MAROC
16/01/2019 12h:52 CET

Les terroristes d'Imlil envisageaient d'attaquer le festival Gnaoua d'Essaouira

Une église de Marrakech et un pèlerinage juif étaient également visés par la cellule jihadiste.

Capture d'écran Twitter
Les quatre hommes arrêtés en premier avaient prêté allégeance au calife de Daech, Abu Bakr al-Baghdadi.

TERRORISME - L’enquête sur le meurtre des deux jeunes touristes scandinaves, assassinées par un groupe terroriste le 17 décembre dernier à Imlil, avance. Le patron du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), Abdelhak Khiame, a fait de nouvelles révélations auprès de l’agence de presse espagnole EFE

Dans cet entretien, on apprend les lieux et événements que la cellule jihadiste voulait attaquer. “Parmi ces objectifs figuraient une église de Marrakech (celle des Saints Martyrs, la seule active), un pèlerinage sur la tombe d’un saint juif de la ville d’Essaouira et le festival de musique Gnaoua de la même ville, environnement cosmopolite avec un public européen abondant”, rapporte l’agence de presse. 

Les terroristes prévoyaient également de reproduire les mêmes schémas d’attaque qu’en Europe, à l’instar des attaques à la voiture bélier comme à Nice et Barcelone. Pour cela, ils “avaient choisi trois des villes plus touristiques du pays: Marrakech, Agadir et Essaouira”, détaille EFE. Le patron du BCIJ rappelle que ce mode de fonctionnement entre parfaitement en accord avec les consignes données par Daech: des attaques perpétrées avec les moyens du bord (couteaux ou voiture bélier), n’importe où, “maintenant que le ‘jihad’ ne peut plus être fait en Syrie’, où (Daech) a perdu son califat”, rappelle EFE.

Retour sur le rôle de premier plan de l’hispano-suisse Kevin

Abdelhak Khiame revient sur la logistique de recrutement et d’endoctrinement de cette cellule, qui a entraîné 21 arrestations pour le moment. Les principaux membres, ceux qui ont été arrêtés en premier et qui avaient prêté allégeance à Daech, n’avaient “aucun lien avec ce qu’il appelle des ‘éléments opérationnels’ de l’EI”.

Le fil rouge entre l’organisation terroriste et la cellule était Kevin Z.G. l’hispano-suisse venu s’installer à Marrakech en 2015. Ce dernier était en contact avec Daech “par l’intermédiaire d’un ami membre d’une cellule du groupe djihadiste au Kosovo”, dévoile Abdelhak Khiame. C’est lui qui a ensuite pris en main la cellule, via la messagerie cryptée Telegram même s’il n’a pas eu de rôle direct lors de l’assassinat de Maren Ueland et Louisa Vesterager Jespersen.

“Deux autres éléments se détachent dans la cellule démantelée”, souligne EFE. Parmi les personnes interpellées, figure un imam extrémiste qui ”officiait dans ce que Khiame appelle ‘une mosquée anarchique’ dans un village de la banlieue de Marrakech et qui avait eu des conflits avec les autorités pour ne pas avoir respecté les directives du ministère des Affaires religieuses”. Le dernier élément principal est l’homme qui lit le texte d’allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi dans la vidéo qui a été diffusée sur les réseaux sociaux.