ALGÉRIE
08/05/2018 12h:34 CET | Actualisé 08/05/2018 13h:29 CET

Les spécialistes du CHU Mustapha annoncent qu'il ne pourront plus assurer les soins à partir de mercredi

Le boycott des gardes par les médecins résidents a réduit les effectifs de l’hôpital.

Fella Bouredji
Les urgences de l'hopital Mustapha Pacha, le 1er mai 2018.

Face aux effectifs réduits suite au boycott des gardes par les résidents en médecine, les médecins spécialistes de l’hôpital Mustapha Pacha à Alger ne pourront plus assurer les soins à partir du mercredi 9 mai, ont-ils affirmé en dénonçant “un rythme de travail insoutenable”. 

“A compter du mercredi 09/05/2018, il nous sera impossible physiquement, mentalement, humainement mais aussi légalement de répondre aux mieux aux besoins des patients”, a affirmé le collectif des médecins spécialistes du CHU Mustapha dans une lettre adressée mardi 7 mai au directeur général de leur établissement. 

“Nous dégageons toute responsabilité des risques et des dérapages qui peuvent survenir suite à cette situation”, a-t-on ajouté.

Lire aussi: Désarroi et désordre dans le service d’urgence de Mustapha-Bacha - Reportage

Les résidents en médecins qui mènent une grève depuis presque six mois ont décidé le 30 avril dernier d’arrêter d’assurer les gardes de nuit dans les hôpitaux. Le Collectif autonome des médecins résidents (CAMRA) qui encadre le mouvement a justifié ce pas par la “lassitude face à l’atermoiement coupable des autorités de tutelles” et face à “l’absence de volonté réelle” de prendre en charge leurs revendications.

Pour les médecins spécialistes, cet arrêt des gardes a entraîné “un rythme de travail insoutenable, qui perdure déjà depuis 6 mois. Pour faire face à cette situation de crise, des solutions temporaires et inefficaces sont appliquées au détriment des praticiens et des malades”.

Le ministère de la Santé a pour rappel ordonné les responsables des hôpitaux de réquisitionner les médecins résidents suite à leur décision de ne plus assurer les gardes de nuit. Le CAMRA a pour sa part rejeté toute responsabilité, soulignant que les résidents en médecine ne disposent pas du statut de fonctionnaire et ne peuvent être soumis à une disposition de réquisition applicable uniquement aux travailleurs. 

“Nous vous informons que des informations appropriées sont nécessaires et urgentes afin que nous puissions continuer notre travail dans des conditions normales”, ont expliqué les médecins spécialistes du CHU Mustapha dans leur lettre adressée également au ministre de la Santé. 

Suite à la décision des médecins spécialistes de l’hopital Mustapha Pacha, le bureau du CAMRA de cet établissement a exprimé son soutien. 

“Nous, résidents du CHU Mustapha Pacha, apportons notre soutien inconditionnel à nos aînés assistants et maîtres-assistants”, a indiqué le CAMRA dans un communiqué. Et d’ajouter: “Nous dénonçons fermement l’abus de pouvoir flagrant de la part de l’administration”. 

Lire aussi: Arrêt du service minimum: les médecins résidents rejettent “toute responsabilité”, le ministère de la Santé appelle à “la sagesse”

 

Loading...