TUNISIE
01/07/2019 16h:32 CET

Les signes qui indiquent que vous devez soigner votre anxiété par la prise de médicaments

Il n’y a aucune honte à vouloir traiter un trouble psychologique.

stevanovicigor via Getty Images
L’anxiété revêt de nombreuses formes, dont le trouble panique, l’anxiété sociale, les phobies, le trouble obsessionnel compulsif, l’angoisse de séparation et le stress post-traumatique.

SANTÉ - Il y a deux ans, je ne me considérais pas comme une personne “anxieuse”. De l’extérieur, je suis facile à vivre, audacieuse, spontanée et sociable. Je n’ai pas peur de prendre l’avion, un bain de foule ou la parole en public.

Pourtant, toute ma vie, je me suis inquiétée de presque tout et j’ai toujours imaginé le pire, même lorsque ça n’avait rien de rationnel.

Puisque je n’avais jamais eu de crise d’angoisse à proprement parler, je ne me doutais pas que ces pensées anxiogènes découlaient d’un trouble psychologique et que je “souffrais d’anxiété”. Je me disais qu’il était normal de se faire du souci et que j’allais bien. Jusqu’à ce que je prenne des médicaments anti-stress, à l’âge de 29 ans, et que ça me change la vie.

Jusqu’à l’an dernier, je comptais, sans le savoir, parmi les 40 millions d’Américains souffrant d’un trouble de l’anxiété, soit environ 18% de la population, et j’appartenais à la majorité de ceux qui ne suivent aucun traitement.

Comment savoir si vous souffrez d’un trouble de l’anxiété

Sharon Pruitt / EyeEm via Getty Images
Quarante millions d’Américains souffrent d’un trouble de l’anxiété mais la majorité d’entre eux ne reçoivent aucun traitement, selon l’Anxiety and Depression Association of America.

L’anxiété revêt de nombreuses formes, dont le trouble panique, l’anxiété sociale, les phobies, le trouble obsessionnel compulsif, l’angoisse de séparation et le stress post-traumatique. Dans mon cas, il s’agit d’un trouble anxieux généralisé qui se caractérise par un état d’inquiétude permanent et excessif, difficile à contrôler et à stopper. Il touche près de 6,8 millions d’Américains et concerne deux fois plus de femmes que d’hommes.

Christen Sistrunk, Texane spécialisée dans le traitement des troubles anxieux, au Texas, explique que le diagnostic peut être difficile en raison de la diversité des signes et symptômes.

Selon Justin Baksh, responsable clinique du Foundations Wellness Center de Port St. Lucie, en Floride, la première étape consiste à déterminer le type d’anxiété et son incidence. Le patient peut être dans un état d’angoisse permanent car “quels que soient ses efforts, son cerveau ne lui laisse aucun répit et il ne peut s’empêcher de penser à l’argent, au travail ou à sa famille, par exemple”.

Les symptômes sont aussi physiques: maux d’estomac, problèmes digestifs, mains moites, malaise constant, palpitations ou fourmillement dans les jambes. Selon le type de trouble, des peurs spécifiques se manifestent: le patient évite certaines situations sociales, il souffre de tremblements, d’étourdissements, craint de perdre le contrôle, éprouve un sentiment d’irréalité, etc.

Comment les spécialistes soignent l’anxiété

SilviaJansen via Getty Images
Selon la psychologue Chelsea Hudson, tous les troubles anxieux peuvent se soigner. Dans la plupart des cas, la prise de médicaments constitue un traitement efficace.

Après avoir identifié le type d’anxiété dont vous souffrez, vous pouvez, avec l’aide d’un psychiatre, envisager un traitement pour gérer les symptômes. En dépit de leurs différences, tous les troubles anxieux ont en commun d’être soignables, et la plupart des individus répondent bien à un traitement médicamenteux, explique Chelsea Hudson, psychologue à Chicago et fondatrice de Cityscape Counseling.

Toutefois, cela ne veut pas dire qu’il faut se précipiter chez un médecin pour qu’il vous délivre une ordonnance. Selon Justin Baksh, les médicaments apparaissent à beaucoup comme la solution miracle.

Or, ils font partie d’un protocole complet qui nécessite d’autres actions telles qu’un changement de mode de vie et une thérapie.

Il ajoute qu’il est prouvé que l’aide professionnelle, l’imagerie mentale, le soutien de la famille et des pairs, de même que la méditation, contribuent à réduire l’anxiété. Christen Sistrunk explique, elle, que la thérapie comportementale et cognitive s’est révélée efficace dans le traitement des troubles anxieux.

Le problème, c’est qu’aux États-Unis, la thérapie représente un engagement financier que beaucoup ne peuvent pas se permettre (s’ils y ont accès) car de nombreux psychothérapeutes ne sont pas conventionnés. Si vous n’avez pas une bonne mutuelle, la facture est salée. Il existe cependant des solutions plus abordables comme la thérapie par la parole. 

Les changements de mode de vie peuvent aussi jouer un rôle important dans la gestion de l’anxiété, comme le fait de pratiquer une activité physique quotidienne, de mieux dormir et de manger plus sainement, nous dit Katie Ziskind, thérapeute familiale et conjugale, dans le Connecticut, et présidente de Wisdom Within Counseling.

Quand il est temps de prendre des médicaments

Maskot via Getty Images
Les médicaments, la thérapie et les changements de mode de vie peuvent contribuer à atténuer les symptômes de l’anxiété.

Cela dit, certaines personnes appliquent les recommandations ci-dessus et prennent simultanément des médicaments. S’il n’existe pas un moment T ou un signe déclencheur pour commencer un traitement, les experts s’accordent à dire qu’il est temps d’agir contre l’anxiété lorsque celle-ci affecte de manière significative la capacité à fonctionner au quotidien.

En d’autres termes, si vous vous sentez dépassé ou paralysé par l’anxiété, si vous avez du mal à vous concentrer au travail, si vos relations en souffrent ou si votre santé se détériore, consultez un médecin. Il n’y a aucune honte à cela. Les médicaments pour traiter un trouble psychique sont aussi essentiels que les médicaments pour le cœur. Chelsea Hudson ajoute qu’en cas de prédisposition génétique, une ordonnance est particulièrement bienvenue.

Aujourd’hui, les médicaments les plus couramment prescrits contre l’anxiété sont des antidépresseurs ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine) tels que Zoloft, Lexapro et Prozac. Ils sont destinés à aider les patients à gérer leur anxiété à long terme, précise le Dr Michael Genovese, psychiatre clinicien et médecin en chef d’Acadia Healthcare, à Nashville, dans le Tennessee.

Les benzodiazépines, dont le Xanax, l’Ativan et le Klonopin, sont largement utilisés dans les traitements mais ne sont administrés qu’à court terme et dans les cas d’anxiété extrême, en raison d’effets secondaires dangereux tels que la dépendance.

En effet, lorsqu’une tolérance aux benzodiazépines se développe, le patient ne ressent plus les effets escomptés du médicament et augmente sa consommation, entraînant ainsi une dépendance. “C’est la raison pour laquelle nous essayons de réduire les prescriptions de benzodiazépines”, indique-t-il.

Enfin, bien qu’un traitement médicamenteux puisse faciliter la gestion de l’anxiété, ce n’est pas une solution miracle. “Les médicaments ne font pas disparaître un trouble anxieux comme un anti-inflammatoire ferait disparaître un mal de tête”, explique Ruthie Kalai, assistante sociale clinicienne qui exerce à New York et en Floride.

Ils aident à soulager les symptômes (irritabilité, agitation, désespoir, etc.) pour permettre d’amorcer la guérison. “Le patient peut ensuite procéder aux changements psychologiques nécessaires grâce à la thérapie”, dit-elle.

Autre mise en garde: les médicaments ne fonctionnent pas toujours immédiatement. Katie Ziskind souligne qu’“il faudra peut-être du temps et plusieurs séances pour que votre médecin sachent quels médicaments vous conviennent le mieux”.

Quant à moi? Je sais que les médicaments anti-stress ont changé ma vie, et m’ont peut-être sauvée. J’ai pu maîtriser mes inquiétudes et mes pensées anxiogènes et ensuite comprendre la source et les éléments déclencheurs de mon anxiété.

Dans ma boîte à outils, il n’y a pas que des médicaments. Je pratique le yoga tous les jours, je passe du temps dans la nature, je fais attention à mon alimentation et à la qualité de mon sommeil.

Living With [“Vivre avec”] est un guide pour apprendre à gérer les troubles qui affectent le corps et l’esprit. Une fois par mois, le HuffPost Life s’intéressera à une question spécifique à travers des expériences vécues et des conseils. 

Cet article, publié sur Le HuffPost américain, a été traduit par Karine Degliame-O’Keeffe pour Fast ForWord.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.