TUNISIE
07/02/2019 19h:10 CET

Les services de la STEG, l’ONAS et de transport public ne sont pas satisfaisants pour les chefs d’entreprises tunisiens

Les chefs d'entreprises distribuent les bons et les mauvais points.

Klaus Vedfelt via Getty Images

Les services fournis par la STEG, l’ONAS et les compagnies de transport public sont loin d’être satisfaisants pour les chefs d’entreprises tunisiens, c’est ce qui ressort du Rapport sur l’attractivité régionale, ou “l’indice du climat d’affaires local”, réalisé par l’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE).

Ce rapport, dont les résultats ont été annoncés jeudi, a révélé que les chefs d’entreprises exerçant dans les différentes régions du pays estiment que les prestations de ces sociétés sont “pas du tout satisfaisant”, attribuant un indice de 1,3/10 à la STEG, de 1,5/10 à l’ONAS et de 1,09/10 au transport public.

Le rapport, qui s’est basé sur un échantillon représentatif des hommes d’affaires, a attribué, également, l’indice de 1,44/10 pour les services de création d’entreprises et de 0,59/10 pour les services d’hygiène.

D’autres prestations sont également, considérées peu satisfaisantes” pour les chefs d’entreprise. Il s’agit, notamment, de la mise en place de mécanismes pour réduire l’ampleur de la corruption (2,13/10), de système d’information (3,57/10) et de transparence (3,72/10).

S’agissant de la promotion des relations locales interentreprises, de l’implication des femmes et des jeunes dans les décisions municipales et des services téléphoniques, ils sont jugés “moyennement satisfaisant”, avec un indice aux alentours de 4/10.

Toutefois, les chefs d’entreprises estiment que les compétences des diplômés sont ”très satisfaisants” (7,65/10). De même, pour le soutien de la création d’associations locales d’affaires (6,23/10) et les partenariats avec des ONG spécialisées dans l’entrepreneuriat (6,18/10).

L’indice sur l’attractivité des régions couvre 9 dimensions importantes: Institutions et gouvernance, infrastructure et urbanisation, santé, éducation et compétences, adoption des TIC, inclusion financière, marché du travail, dynamisme des affaires et innovation. Il reflète un score allant de 0 à 10 avec un indice moyen du climat des affaires de l’ordre de 3.2/10.

À noter, que l’Office National de l’Assainissement (ONAS), l’Agence Foncière Industrielle (AFI) et la Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (STEG) occupent les 3 premières places avec des taux variant entre 82 et 84%, dans l’indice de gouvernance des entreprises publiques, élaboré pour la première fois par l’Association Tunisienne des Contrôleurs Publics (ATCP).

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.