ALGÉRIE
12/07/2018 12h:44 CET

Les sénateurs irlandais votent l'interdiction d'importer des colonies israéliennes, BDS tout près d'une victoire historique

Le projet de loi pourrait devenir le premier boycott d'un Etat de l'UE des produits des colonies en Palestine.

Facebook/francesblack5
La sénatrice Frances Black lors d'un rassemblement organisé le 22 juin en présence des membres de la communauté palestinienne à Kinvara Galway en Irlande.  

En attendant une adoption finale en loi, le mouvement BDS (Boycott, Divestment and Sanctions) a remporté une première victoire en Irlande avec le vote, mercredi 11 juillet, des sénateurs pour l’interdiction d’importer des produits des colonies israéliennes en Palestine. 

Le projet de loi, qui devra passer par d’autres votes au “Seanad” irlandais avant d’être examiné par les députés de la chambre basse du parlement, interdit “le commerce et le soutien économique de colonies illégales des territoires que la loi internationale considère occupés”, rapporte The Guardian

 

Ces colonies sont des crimes de guerre et il est temps que l'Irlande fasse preuve de leadership en refusant de les soutenir." La sénatrice irlandaise Frances Black.

 

Le marché des importations des colonies israéliennes ne représente qu’une valeur entre 500 000 et 1 million euros en Irlande, mais ce texte, adopté par le Sénat avec 25 votes contre 20, ouvre déjà la voie à un possible premier boycott dans l’Union Européenne (UE) que d’autres Etats pourraient suivre.

 

“Historique” 

“Acheter des produits des colonies prolonge l’injustice”, a soutenu la sénatrice indépendante Frances Black qui a proposé le projet de loi.

“Dans les territoires occupés, les gens sont expulsés de force de leurs maisons, des terres fertiles sont saisies, et les fruits et légumes qui sont ensuite produits sont vendus sur les étalages irlandais pour financer tout ça”, a expliqué Mme Black. 

“Ces colonies sont des crimes de guerre et il est temps que l’Irlande fasse preuve de leadership en refusant de les soutenir”, a-t-elle ajouté dans une tribune publiée avant le vote. 

Egalement chanteuse célèbre en Irlande, la sénatrice Frances Black a milité avec ardeur pour ce projet de loi. Elle a même fait venir des agriculteurs palestiniens dont les cultures ont été détruites par des colonies pour qu’ils assistent au vote du “Seanad”, rapporte The Independent. 

 

 

Facebook/francesblack5
La sénatrice Frances Black avec des agriculteurs palestiniens avant le vote au Seanad, le 11 juillet 2018 à Dublin.

 

En 2016, la sénatrice figurait aussi parmi une liste de personnalités irlandaises qui ont signé une pétition de soutien au mouvement BDS.

Pour le haut responsable palestinien Saëb Erekat, il s’agit d’un vote “historique”. Le texte “envoie un message clair à la communauté internationale et en particulier au reste de l’Union européenne: parler d’une solution à deux Etats n’est pas suffisant sans mesures concrètes”, a-t-il indiqué dans des propos rapportés par l’AFP. 

Ce vote, qui devait avoir lieu en janvier déjà, a été reporté après une demande du gouvernement irlandais, sous pression israélienne. Le Premier ministre israélien Benjamin Neyanyahu avait convoqué l’ambassadrice irlandaise à l’époque.

Même si le parti au pouvoir, le Fine Gael, est opposé au projet de loi, le gouvernement citant les engagements au sein de l’UE comme obstacle à l’application du boycott, le texte a rassemblé assez de soutien chez l’opposition. Certains députés ont même rappelé la position de l’Irlande contre l’apartheid en Afrique du Sud comme antécédent au texte de boycott des importations des colonies en Palestine. 

 

“Ceci est un premier pas, mais un pas important. Aujourd’hui, nous déclarons avec fermeté: l’Irlande se tiendra toujours du côté de la loi internationale, de la justice et des droits de l’homme”, a écrit Frances Black sur son compte Twitter après le vote.