ALGÉRIE
26/08/2018 11h:26 CET | Actualisé 26/08/2018 11h:27 CET

Les sanctions de la FIFA contre Jibril Rajoub indignent les Palestiniens

Jibril Rajoub a été interdit de participer, pendant 12 mois, à des matchs ou compétitions en sanction de son appel, en juin 2018, à brûler les portraits de Lionel Messi à la veille d’un match Argentine-Etat d’Israël. Pour le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine, la FIFA aurait dû prioritairement sanctionner six équipes de colonies israéliennes prenant part impunément au championnat israélien de football.

Alexander Hassenstein - FIFA via Getty Images
Suspension du président de la Fédération palestinienne de football Jibril Rajoub par la FIFA

La suspension du président de la Fédération palestinienne de football Jibril Rajoub par la Fédération internationale de football (FIFA) a suscité des réactions indignées en Palestine occupée. Hier, le secrétaire général du conseil exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erekat a estimé, dans une déclaration rapportée par l’agence de presse palestinienne Wafa, que cette décision était « injuste », ayant été prise sans tenir compte des témoignages et des demandes de preuves formulées par le conseiller juridique de Jibril Rajoub.

Vendredi dernier, la commission de discipline de la FIFA a infligé à Jibril Rajoub une sanction sévère consistant en l’interdiction, pour une durée de 12 mois, “de prendre part à des matchs ou compétitions ou à des activités médiatiques ayant lieu dans les stades ou dans leurs abords”. Cette interdiction a été assortie d’une amende de 20.000 francs suisses (20.340 dollars).

La Fédération internationale de football reproche à Jibril Rajoub d’avoir appelé, en juin 2018, à la veille d’un match Argentine-Etat d’Israël, à “prendre pour cible la Fédération argentine de football et à brûler les portraits de Lionel Messi ainsi que les maillots à son effigie”.

Ce match amical devait avoir lieu le 9 juin 2018 et a finalement a été annulé par les Israéliens qui ont justifié son annulation par les « menaces et les provocations » des Palestiniens.

 

La FIFA invitée à sanctionner les équipes des colonies

Saëb Erakat a exprimé, dans sa déclaration rapportée par Wafa, son “indignation” et son ”étonnement” de la sanction prise à l’encontre de Jibril Rajoub alors qu’il aurait fallu, selon lui, condamner “la participation au championnat [de football] israélien de six équipes de colonies israéliennes illégales, érigées sur la terre palestinienne occupée”.

Le secrétaire général du conseil exécutif de l’OLP a également fustigé le silence de la FIFA face aux “agissements systématiques et continus des autorités de l’occupation” privant les sportifs palestiniens de “leur droit naturel et légal à la liberté de mouvement et de déplacement, notamment le droit d’aller à Jérusalem, dans la bande de Gaza et à l’étranger”.

Cette réaction du secrétaire général de l’OLP fait suite à celle, aussi indignée, de Jibril Rajoub lui-même, qui a annoncé, dans une déclaration à Agence France Presse, son intention de faire appel du « verdict injuste et infondé » de la commission de discipline de la FIFA.

Réagissant simultanément à ce verdict, la Fédération palestinienne de football a relevé, quant à elle, que la FIFA avait donné suite à une plainte déposée par « une partie à laquelle l’oppose un conflit », alors que ni Lionel Messi ni la Fédération argentine de football n’ont porté plainte suite aux déclarations de Jibril Rajoub.

 

Rajoub a écopé de la peine maximale

La FIFA, qui avait agi suite à une plainte de la Fédération israélienne de football, s’est basée, pour émettre son verdict, sur l’article 53 de son code de discipline qui punit les « appels à la violence et à la haine ».

Cet article sanctionne de tels appels d’« une suspension de pas moins de douze mois » et d’une amende dont le montant minimal ne peut être inférieur à 5.000 francs suisses.

Le président de la Fédération palestinienne de football aura ainsi écopé de la peine maximale fixée par cet article 53.

Loading...