TUNISIE
12/06/2019 14h:58 CET

Les recette fiscales de l'État en hausse de 22,1% par rapport à la même période de 2018

Cette amélioration est due principalement à la hausse des impôts directs, de l'impôt sur le revenu et de l'impôt sur le sociétés non pétrolières...

Les recettes fiscales ont évolué de 22,1%, à 7 324 Millions de dinars (MD), par rapport à la même période de 2018, selon les résultats de l’exécution du budget de l’Etat pour le premier trimestre de 2019, publiés par le ministère des Finances.

Cette amélioration des revenus fiscaux résulte de l’augmentation des impôts directs (plus 45,2%) , suite à la hausse de l’impôt sur le revenu (+48%), à la suspension du mécanisme du crédit d’impôt, ainsi que de l’impôt sur les sociétés non pétrolières (plus 45%).

En outre, les impôts indirects ont progressé de 7,2%, en raison de la hausse de la TVA de 14,5%.

Les revenus fiscaux liés au régime intérieur ont également, cru de 1087 MD et les recettes douanières de 237 MD.

Les services du ministère des finances ont recouvré au cours du premier trimestre de 2019, des recettes non fiscales d’une valeur de 752 MD, en baisse de 147 MD par rapport à 2018, étant donné la diminution des revenus des hydrocarbures et de la redevance sur le gazoduc entre l’Algérie et l’Italie, qui traverse la Tunisie.

Les recettes provenant des dons de l’étranger ont été mobilisées à hauteur de 60 MD.

Les ressources propres du budget ont atteint, à fin mars 2019, 8076 MD en évolution de 17,1% par rapport à 2018. L’Etat a emprunté au cours du premier trimestre 2019, 1960 MD et a eu recours au trésor à hauteur de 592 MD, contre un emprunt de 2174,7 MD au cours de la même période, en 2018.

Les ressources de l’emprunt sur le marché intérieur se sont élevées à 865,3 MD contre 1434,3 MD au cours du premier trimestre de 2018. Pour ce qui est des dépenses, elles ont atteint 10 628 MD à fin mars 2019 en progression de 17,5%, soit une augmentation nette de 1 580 MD, par rapport à l’année écoulée.

Il s’agit essentiellement, de l’augmentation des dépenses de gestion de 17,6%, à 6100 MD, en raison de la hausse de la subvention des hydrocarbures.

De même, les dépenses consacrées aux salaires ont augmenté de 9,7%, après la suspension du mécanisme de crédit d’impôt d’un côté et le versement d’une partie des augmentations salariales au titre de l’année 2019, d’un autre côté. Pourtant, ces dépenses avaient régressé de 8,8%, au cours de la même période de 2018.

Par rapport aux estimations de la loi de finances, les dépenses de gestion ont été réalisées à hauteur de 36%. Toutefois, les dépenses de développement concrétisées à hauteur de 21,8%, ont baissé de 56 MD, à 1340 MD.

Le service de la dette publique (principale et intérêts) s’est monté à 2810,6 MD, contre 2187,6 MD en 2018, soit un taux de réalisation de 30,2%.

À rappeler que le budget de l’Etat pour l’exercice 2019, fixé à 40,6 milliards de dinars, a augmenté de 8%, par rapport à 2018. Le gouvernement vise à réduire le déficit budgétaire à 3,9% du PIB, cette année, contre 4,9% l’année dernière.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram