TUNISIE
03/10/2018 14h:24 CET

Les premières indiscrétions sur le budget de l'État et la loi de finances 2019

Le gouvernement compte réaliser un taux de croissance 3,1% contre 2,6%, attendus cette année.

Doucefleur via Getty Images

Le budget de l’État pour l’exercice 2019 s’élève à 40 milliards 662 millions de dinars contre 37 milliards 666 millions de dinars (chiffre actualisé), soit une hausse de 8%

Les données statistiques relatives au budget pour l’année 2019, révèlent que le gouvernement ambitionne de limiter le déficit budgétaire à 3,9 % contre 4,9% prévus pour l’année 2018.

Le taux de la dette devrait atteindre, l’année prochaine, 70,9% du PIB contre 72% attendus pour 2018. 

Les ressources propres de l’État demeureront aux alentours de 75% en 2019. 

Le gouvernement compte réaliser un taux de croissance 3,1% contre 2,6%, attendus cette année, après son actualisation, sachant que le taux établi au moment de l’élaboration de l’actuel budget économique général était de 3%.

Pour rappel, la Banque mondiale prévoyait pour 2018 un taux de croissance évoluant ente 2,4 et 2,6%.

Le service de la dette atteindrait, selon le prochain budget général, 9,3 milliards de dinars contre 7,8 milliards de dinars (chiffre actualisé) en 2018.

Le budget de développement devrait s’élever à 6 milliards de dinars contre 5,9 milliards en 2018, enregistrant ainsi une hausse de 1,8%.

Le gouvernement a consacré une enveloppe de 4350 millions de dinars (MD) au budget de compensation, répartis entre 1800 MD réservés à la subvention des produits de base, 450 MD (transport public) et 2100 MD (hydrocarbures).

Le coût total de la facture de l’énergie en Tunisie s’est établi à près de 4235 MD, à fin août 2018, dont 2700 MD sont à la charge de l’État. 

Une souce gouvernementale a indiqué, à l’agence TAP, le jeudi 30 août 2018, que l’actualisation de ce coût a eu lieu à trois reprises (juin, février et août 2018). Elle a été décidée au vu de la hausse du prix du baril de pétrole sur le marché international, lequel prix atteint actuellement une moyenne de 82 dollars, outre la détérioration de la valeur du prix de change du dinar tunisien. 

La loi de finances pour l’exercice 2018 reposait sur deux hypothèses, à savoir le prix du baril du pétrole (Brent) évalué à 53 dollars le baril et le prix du change du dollar par rapport au dinar tunisien (2,5 dt).

La même source a fait remarquer que le budget de l’État a assuré, lors de la mise en oeuvre de ladite loi,1500 MD sur un total de 2400 MD prévus dans le cadre de la subvention énergétique, soit l’équivalent de 62% de ce coût.

Les révisions effectuées par le gouvernement à trois reprises en 2018 n’ont permis de procurer que 487 MD au profit du budget de l’État, a souligné la source gouvernementale. 

Le ministère de l’Énergie, des mines et des énergies renouvelables applique, depuis 2016, l’ajustement automatique des prix des hydrocarbures qui a lieu chaque trimestre après l’étude des prix et la décision de les augmenter ou les abaisser. 

Concernant les hypothèses prises en compte pour l’élaboration du projet du budget de l’État pour l’exercice 2019, les autorités ont adopté un prix du baril du pétrole (Brent) de 72 dollars contre 53 dollars en 2018. 

Pour rappel, ces données sur le projet du budget de l’État pour 2019, sont une première mouture et pourraient être actualisées, sachant qu’un autre conseil ministériel se tiendra pour poursuivre l’examen de ce projet.

La date stipulée dans la Constitution pour le dépôt des projets du budget de l’État et de la loi de finances à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) est le 15 octobre de chaque année.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.