MAROC
31/12/2018 10h:20 CET

Les prédictions pour 2019 qu'Isaac Asimov a fait il y a 35 ans

L'écrivain de science-fiction imaginait un monde utopiste, mais traversé par de nombreuses crises. Avait-il vu juste?

ASSOCIATED PRESS
Isaac Asimov, deux mois après avoir publié ses prédictions pour 2019, en février 1984.

2019 - A quoi pourrait bien ressembler le monde dans plusieurs décennies? Exercice difficile d’analyse de notre société et d’imagination auquel prospectivistes, chercheurs et écrivains se livrent régulièrement. Mais le plus intéressant reste de confronter ces prédictions aux faits, surtout quand leur auteur est l’un des plus grands noms de la science-fiction.

Justement, le 31 décembre 1983, le quotidien canadien Toronto Star publiait un texte de l’écrivain Isaac Asimov, inventeur du terme “robotique” et détenteur du prix de la meilleure série de science-fiction/fantasy de tous les temps (cycle de Fondation). Celui-ci avait imaginé pour le journal à quoi pourrait ressembler le monde en 2019, d’ici 35 ans. Un exercice auquel il s’était déjà livré en 1964, rêvant la société de 2014.

Pourquoi cette date? Tout simplement car le roman 1984 de George Orwell a été publié en 1949, 35 ans plus tôt. De ce clin d’oeil est né un long texte où Isaac Asimov développe sa vision (clairement optimiste) d’un monde futur. Celui-ci dépend de trois éléments, pour l’auteur: “guerre nucléaire, informatisation et utilisation de l’espace”.

Un futur optimiste

Pour commencer, Asimov commence par évacuer d’emblée la possibilité d’une guerre nucléaire. Une hypothèse “pas spécialement sure”, mais nécessaire à l’exercice. Car dans le cas inverse, “trop peu d’entre nous, ou de nos enfants ou petits enfants, seront en vie” pour décrire “la condition de la misère mondiale”. Jusqu’à aujourd’hui, cette prédiction s’est révélée juste.

Le reste de sa vision de 2019 s’articule donc autour de deux points principaux, et notamment le développement gigantesque de l’informatique. L’auteur compare, dès 1984, le changement à venir à la première révolution industrielle. Une analogie régulièrement utilisée aujourd’hui. Et prédisait déjà que “le changement, cependant, sera plus rapide cette fois et la société va devoir s’adapter plus vite; peut-être plus vite qu’elle ne le peut”.

Mais, encore une fois, Asimov se veut optimiste pour l’espèce humaine. “D’ici 2019, cependant, nous devrions être à la fin de cette transition”. Malheureusement, les événements de ces dernières années ne lui ont pas encore donné raison.

Pour autant, la façon dont Asimov imagine les bouleversements du monde dans le détail sont d’une grande finesse. Notamment car, plutôt que de ne faire que prédire de nouveaux objets ou outils technologiques, il imagine l’impact sur l’humain, sur l’humanité, d’une civilisation à l’aube d’un bouleversement technologique.

Voici quelques exemples de ses bonnes et mauvaises prédictions.

Cet article a initialement été publié sur Le HuffPost France.