ALGÉRIE
21/10/2018 13h:49 CET

Les pouvoirs publics impuissants face à la violence dans les stades

Les pouvoirs publics sont désarmés face à ce fléau

Facebook/mOuLoUdIa.Dalger.1921.doyen

Des scènes de violence ont inévitablement marqué la rencontre ayant opposé le CAB Bordj Arreridj et le MC Alger (0-1), disputé samedi 20 octobre 2018 au stade du 20-août 1955 pour le compte de la 11e journée de la Ligue 1. Le joueur  et capitaine du Mouloudia, Abderrahmane Hachoud, a été agressé et blessé à l’arme blanche à son bras et son ventre.

A la fin de la rencontre, remportée par le MC Alger, des supporteurs de l’équipe locale ont envahi la pelouse. Plusieurs joueurs de l’équipe visiteuse ont été agressés. 

Sur les réseaux sociaux, des fans du Mouloudia partageait une vidéo montrant Abderrahmane Hachoud, capitaine de leur équipe favorite, écroulé dans les tribunes parmi les supporteurs, où il s’est réfugié après avoir escaladé le grillage.

Ayoub Azzi, unique buteur de la rencontre à la 71e minute et Abdelghani Demmou ont également été agressés. 

Selon des images publiées sur la page Facebook du Mouloudia, aucun blessé grave n’a été constaté et les joueurs ont réussi à rejoindre leur équipe dans les vestiaires. 

D’autres rencontres jouées ces dernières semaines ont également été émaillées par des scènes de violences, à l’image du derby algérois ayant opposé le CR Belouizdad à l’USM Alger ou le derby constantinois entre l’AS Khroub et le MO Constantine. 

Fin septembre, la rencontre opposant la JS Kabylie à l’ES Sétif a tout autant été gâchée par des actes de violence des supporteurs. Deux jours plus tard, c’était la rencontre ayant opposé le MO Béjaïa et la JS Saoura (0-1) qui a été ”émaillée” par des jets de projectiles. 

Des incidents qui démontrent notamment la mollesse et l’apathie de la Fédération algérienne de football (FAF) et de la Ligue de football professionnel (LFP) face à ce phénomène. 

Dans un compte-rendu du match MCA-CABBA, la Ligue n’a même pas évoqué les incidents ayant marqué la rencontre

Face à ces actes de violences, les deux institutions se contentent de punir les clubs concernés par des matchs à huis clos. Une mesure qui ne semble pas porter ses fruits. Le bureau fédéral de la FAF a songé, selon la Radio, à annuler cette sanction pour ne laisser place qu’aux amendes financières.