TUNISIE
24/09/2018 20h:20 CET | Actualisé 24/09/2018 20h:22 CET

Les phrases à retenir de l'interview de Béji Caid Essebsi sur El Hiwar Ettounsi

Alors que les rumeurs faisaient état d’une reprise en main, il aura laissé planer le doute et la place à de multiples interprétations.

Le président de la République Béji Caid Essebsi a accordé une interview, en direct, à la chaine El Hiwar Ettounsi au cours de laquelle il est revenu entre autres sur ses relations avec le chef du gouvernement Youssef Chahed, avec Nidaa Tounes et son fils Hafedh Caid Essebsi et Ennahdha.

Alors que les rumeurs faisaient état d’une reprise en main, il aura laissé planer le doute et la place à de multiples interprétations. Une seule chose parait claire: la rupture avec Ennahdha.

Les élections

  • “Les élections auront lieu en décembre 2019. C’est ça la démocratie”

  • “Malheureusement la campagne électorale a commencé depuis 2 ans”

  • “J’ai le droit de me présenter (...) tout dépendra de la situation. La Tunisie ne s’arrête pas à moi. Il y a de nombreuses compétences (...) J’encourage tout le monde à se présenter”.

Nidaa tounes

  • “Tous les partis sont dans la même situation. Regardez le parti du docteur Moncef Marzouki qui a vu de nombreuses démissions”

  • ″Ceux qui ont quitté Nidaa Tounes et ont formé leurs partis, sont eux aussi dans de mauvaises postures”

  • “Ce qui se passe à Nidaa Tounes, ce n’est pas seulement de la faute de Hafedh Caid Essebsi. C’est mon fils à la maison mais en dehors c’est un citoyen comme tout le monde”

  • “Qui de ma famille est ministre? Gouverneur? Délégué? ou P-DG d’une société? (...) Ce n’est pas moi qui l’ai mis à la tête de Nidaa Tounes. Et en vérité, je ne suis pas satisfait de ce qui se passe au sein du parti”

  • “Je ne défend pas Nidaa Tounes. Depuis que je l’ai quitté, je n’y ai pas mis les pieds. Je respecte la Constitution qui m’y oblige”

  • ″Qu’est-ce qui empêche le parti de changer ses dirigeants?”

  • “Pourquoi Hafedh s’est retrouvé à la tête de Nidaa Tounes? Parce que tous les membres du bureau exécutif se sont retrouvés soit à l’Assemblée, soit au gouvernement, soit au cabinet présidentiel. Il ne restait plus personne”.

Youssef Chahed

  • “La Tunisie survivra sans mon fils et son Youssef Chahed”

  • “Je n’utiliserai pas l’article 99 de la Constitution pour l’instant (...) Je conseil à Youssef Chahed de changer sa position”

  • “Le mieux, c’est qu’ils partent les deux (Hafedh Caid Essebsi et Youssef Chahed). Ce dernier dispose d’un bloc parlementaire. Il peut aller à l’Assemblée des représentants du peuple pour obtenir la confiance demandée”

  • “Youssef Chahed n’est pas né chef du gouvernement. Je l’ai choisi et je pense avoir fait un bon choix”.

  • “Il suit son chemin, mais il doit bien faire attention à son entourage”.

  • “J’espère que l’Assemblée lui accordera la confiance et qu’il soit bien entouré”.

Le changement de la Constitution

  • “J’appelle à changer la Constitution après mon départ. Il faudra également changer la loi électorale qui n’est plus en adéquation avec la situation”

  • “Même Moncef Marzouki qui disait en 2014 que c’était la meilleure constitution du monde a récemment appelé à la changer”.

  • “Moi personnellement, j’ai pris la décision de ne pas la changer pour qu’on ne dise pas que je souhaite garder le pouvoir”.

Ennahdha

  • “La relation entre Béji Caid Essebsi et Ennahdha est terminée depuis la semaine dernière. C’est Ennahdha qui l’a demandé”

  • “Ils ont choisi ce chemin. Je leur souhaite bon vent”

  • “J’ai fait partie de ceux qui ont défendu Ennahdha, et j’en ai payé le prix” 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.