MAROC
24/06/2019 17h:05 CET

Les Philippines réagissent au décès d'une de leurs ressortissantes à Casablanca

Employée de maison, cette dernière est tombée du 3e étage en tentant de fuir le domicile de son employeur.

Gwengoat via Getty Images

FAITS DIVERS - La mort samedi dernier d’une employée de maison originaire des Philippines à Casablanca fait réagir son pays d’origine. 

Samedi 22 juin, la DGSN annonçait par le biais d’un communiqué la mort d’une ressortissante philippine suite à une chute “de la fenêtre d’un appartement au 3è étage d’un immeuble sis quartier Bourgogne”. Selon la même source, la victime est décédée à son arrivée à l’hôpital. 

Âgée de 40 ans, cette dernière était “domestique temporaire chez une famille à Casablanca” et “est entrée en altercation avec la propriétaire de la maison avant de tenter de quitter l’appartement par la fenêtre à l’aide d’une corde en tissu, ce qui a entraîné sa chute”. 

Dans un communiqué publié ce lundi, le ministère philippin des Affaires étrangères de Philippines affirme que l’employeur a été arrêté par les autorités marocaines “en attendant les résultats de l’enquête menée”.

L’ambassade des Philippines à Tripoli, seul ambassade du pays au Maghreb , a envoyé cette semaine une équipe consulaire à Casablanca, pour “assurer une coordonnination avec les autorités et arranger le rapatriement de la victime”. 

“A propos de la mort d’une ressortissante philippine au Maroc. La DFAE exprime ses condoléances à la famille d’une Philippine décédée samedi au Maroc”.

En 2012, le consul honoraire des Philippines au Maroc affirmait que 3000 Philippines étaient employées au Maroc comme employées de maison. “La majorité d’entre elles sont victimes de mauvais traitements et d’exploitation, y compris sexuelle”, avait alors révélé le consul, cité par Yabiladi.

Ces cas de violence font régulièrement scandale dans ce pays d’Asie du sud-ouest. Les Philippines et le Koweit ont notamment connu une grave crise diplomatique l’an dernier suite à “une série de scandales concernant le traitement des employés de maison dans le pays”, rapporte Le Monde.