MAROC
08/11/2018 18h:01 CET

Les paquets de Marlboro, Winston et Camel devraient passer à 40 dirhams

Dès le 1er janvier 2019.

Vera Kevresan / EyeEm via Getty Images

ECONOMIE - Avec 7 millions de fumeurs dont 500.000 mineurs, le Maroc est considéré par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme un des plus grands consommateurs de tabac au monde (20% de la population).

Or les prix des paquets de tabac américain tels que Marlboro et Winston (les plus vendus dans le pays), compris entre 32 et 33 dirhams, n’ont presque pas bougé depuis près de 10 ans (10% en une décennie). Comme l’annonçait le HuffPost Maroc avant publication du Projet de loi de finances (PLF) 2019, cela est vraisemblablement sur le point de changer.

Les prix du tabac manufacturé devraient augmenter dès le 1er janvier 2019. Ce changement intervient suite à la décision du gouvernement d’augmenter la TIC (taxe intérieure de consommation) sur les cigarettes.

A l’heure actuelle, la décision soulève de vifs débats dans l’hémicycle auprès de l’opposition et même de la majorité. S’il n’y a pas d’amendements au Parlement, les paquets de Marlboro, Winston et Camel passeront à 40 dirhams au lieu de 33 actuellement tandis que le paquet de Marquise qui coûte 19 dirhams passera à 21 dirhams.

Impact favorable sur les recettes de la TIC

En 2017, le montant de la TIC était de 315 dirhams pour 1.000 cigarettes avec un minimum de perception de 386 dirhams. En 2018, il est passé à 388 dirhams avec un minimum de perception de 476 dirhams. A partir de janvier 2019, la TIC sur le tabac passe à 462 dirhams/1.000 cigarettes avec un minimum de perception de 567 dirhams.

“Dans le cadre de la mobilisation de recettes supplémentaires pour le budget général, le projet de loi de finances 2019 propose d’augmenter le taux minimum de perception de 567 à 630 dirhams/1.000 cigarettes ainsi que le minimum de pression fiscale de 53,6% à 60%”, peut-on lire dans le PLF 2019. Une augmentation qui ne manquera pas d’impacter favorablement les recettes de la TIC en 2019.

Les recettes de la TIC sur le tabac ont déjà rapporté gros l’année dernière. Selon les derniers chiffres de l’Administration des douanes, pour 2017, elles ont atteint 10,48 milliards de dirhams contre 9,86 milliards en 2016. Seuls les produits énergétiques faisaient mieux.

Vers une explosion de la contrebande? 

L’Algérie et la Mauritanie ont une fiscalité moindre qui leur permettrait, s’il y a hausse, d’inonder le marché marocain de cigarettes produites à bas prix. Le paquet de Marlboro coûte 20 dirhams en Algérie contre 33 dans le royaume car le tabac est taxé à 50% contre 70% au Maroc. Par manque de contrôle sanitaire, les fumeurs marocains pourraient se tourner vers des produits moins chers et de plus mauvaise qualité (périmés ou mal conservés), sans compter l’impact social et économique sur les réseaux légaux de distribution.

Quid du calcul de la TIC sur le tabac? 

Le système de taxation des cigarettes au titre de la TIC, instauré depuis 2013, se caractérise par trois composantes: une taxe intérieure de  consommation dite normale avec une partie spécifique et une partie ad-valorem appliquée au prix de vente hors taxe sur la valeur ajoutée; un minimum de perception actuelle de 567 dirhams/1000 cigarettes; et un minimum de pression fiscale de 53,6% du prix de vente toutes taxes comprises. Ces trois composantes de la TIC sont calculées séparément et la recette perçue correspond au montant le plus élevé.