ALGÉRIE
02/10/2019 09h:58 CET

Les Palestiniens satisfaits de la décision de l’UE de continuer à subventionner l’UNRWA

L’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine est confronté à l’épuisement de ses ressources depuis 2017 et l’arrivée à la Maison-Blanche de Donald Trump. La décision prise par les Etats-Unis de réduire leur subvention à son action a été suivie, en août 2019, de décisions similaires prises par la Suisse, les Pays-Bas et la Belgique.

 Le directeur du département Réfugiés à l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) Ahmad Abou Houli a salué le 1er octobre 2019 une décision prise par l’Union européenne de poursuivre son soutien à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine, plus connu sous son acronyme anglais UNRWA (United Nations Relief and Works Agency).

Dans un communiqué rapporté par l’agence de presse palestinienne Wafa, Ahmad Abou Houli a évoqué une « victoire pour la diplomatie palestinienne » laquelle, selon lui, a réussi à faire échec à une proposition des Démocrates chrétiens allemands de ne plus accorder de subventions européennes à l’UNRWA.

La décision de l’Union européenne est un « message de soutien » à cette agence, a estimé le responsable palestinien, cité par Wafa.

L’UNRWA, créée en décembre 1949, est active dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, dans les camps des réfugiés. Elle opère également dans des pays arabes accueillant des réfugiés palestiniens, à savoir le Liban, la Syrie et la Jordanie.

A titre d’exception, les réfugiés palestiniens relèvent de la compétence de cette agence et non, comme d’autres dans le monde, de la compétence du Haut commissariat aux réfugiés (HCR), autre organe spécialisé des Nations unies.

 

Un soutien vital

Dans un communiqué publié le 27 septembre 2019, la commission européenne affirme avoir proposé un soutien international additionnel à l’UNRWA d’une valeur de 40 millions d’euros afin de l’aider « à offrir à 500.000 enfants de réfugiés palestiniens des services d’éducation et à 3,5 millions de personnes des soins de santé de base ».

Cette proposition a été faite, précise le communiqué, au cours de la réunion ministérielle de l’UNRWA organisée en marge de la session de l’Assemblée générale des Nations unies à New York. Elle constitue une marque de soutien vitale pour cette agence, confrontée à l’épuisement de ses ressources depuis 2017 et l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche.

En 2017, les Etats-Unis ont annoncé la réduction de leurs subventions à l’UNRWA dans le cadre d’une réduction générale de leurs contributions aux organes et agences des Nations unies. En 2018, ces subventions sont passées de 350 millions de dollars à… 60 millions de dollars, soit près de sept fois moins.

En août 2019, la Suisse, les Pays-Bas et la Belgique ont annoncé la suspension de leurs subventions à l’UNRWA. Cette décision est intervenue suite à rapport interne de l’agence qui, selon l’AFP, porte sur des manquements dans sa gestion aux règles de l’éthique.