ALGÉRIE
09/06/2019 12h:30 CET

Les palestiniens qualifient d’extrémistes le gouvernement américain

DR

Pour le gouvernement palestinien la politique américaine est menée par des “extrémistes”. Le courroux des palestiniens intervient après les propos de l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël, samedi, pour qui Israël a le droit d’annexer “une partie” de la Cisjordanie occupée. 

“Sous certaines circonstances (...) je pense qu’Israël a le droit de conserver une partie de, mais pas toute, la Cisjordanie”, a déclaré l’ambassadeur américain, David Friedman, dans une interview samedi dans le quotidien américain New York Times. La réponse palestinienne est venue du porte-parole du gouvernement palestinien Ibrahim Melhem.

Dans un communiqué publié samedi, le porte-parole a condamné les propos de M. Friedman, dénonçant une politique étrangère américaine dirigée par “un groupe dont certains n’ont pas la maturité politique nécessaire et parmi lesquels se trouvent des extrémistes”. 

Le numéro deux de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erekat, a lui qualifié M. Friedman “d’ambassadeur extrémiste des colons” israéliens, sur Twitter, avant d’ajouter: “leur vision consiste à annexer un territoire occupé, un crime de guerre selon le droit international”.

La colonisation par Israël de la Cisjordanie occupée et de la ville sainte d’El-Qods occupée et annexée, illégale au regard du droit international, s’est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis 1967.

La direction palestinienne a suspendu les contacts officiels avec le gouvernement américain depuis décembre 2017, après la reconnaissance par Washington de la ville d’El-Qods comme “capitale d’Israël”.