TUNISIE
18/12/2018 12h:19 CET

Les mesures prises pour résoudre la crise du lait entreront en vigueur début janvier 2019

C'est ce qu'a affirmé le ministre de l'Agriculture Samir Taïeb.

krisanapong detraphiphat via Getty Images

Les mesures prises par le gouvernement pour résoudre la crise du lait, entreront en vigueur début janvier 2019, a annoncé, lundi, le ministre de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche, Samir Taieb.

Dans une déclaration aux médias en marge d’une conférence scientifique sur le secteur de l’huile tenue à Kalâa Kebira, Il a ajouté que ces mesures prises lors du conseil ministériel tenu, en juillet 2018, concernent essentiellement, l’augmentation de la prime d’engraissement des veaux, la prime de transport des fourrages et de la subvention destinée aux soins médicaux du cheptel.

Et de préciser que le département de l’agriculture programmera, bientôt, une séance de travail avec les professionnels pour examiner les problématiques du secteur du lait.

Au cours de l’année précédente, la filière du lait a été victime d’opérations de contrebande de plusieurs troupeaux de bovins, a indiqué Taieb, appelant à l’élaboration d’un programme exceptionnel pour la reconstitution du troupeau et l’incitation des éleveurs à numéroter les vaches.

Evoquant le secteur oléicole, le ministre de l’agriculture a souligné que la prochaine étape nécessite l’impulsion de l’investissement dans cette filière, outre la modernisation des méthodes de production, de transformation, de conditionnement et de commercialisation.

Il a rappelé que les exportations de l’huile d’olive, principalement, destinées aux marchés de l’Union européenne et de l’Amérique du Nord, ont atteint, au cours de la saison écoulée, 215 mille tonnes pour une valeur totale de 2146 millions de dinars, dont 18456 tonnes d’huile conditionnées et 196605 tonnes d’huile en vrac.

Le ministre de l’agriculture a appelé, dans ce contexte, à prospecter de nouveaux marchés promoteurs et à renforcer les marchés traditionnels en améliorant la qualité du produit et en augmentant la vente de l’huile d’olive conditionnée (seulement 11% des ventes de l’huile d’olive) Il a, également, plaidé à commercialiser l’huile d’olive sous des labels de qualité permettant de garantir la pérennité et la présence du produit sur le marché.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.