ALGÉRIE
23/06/2018 08h:34 CET | Actualisé 23/06/2018 11h:18 CET

Les médecins résidents gèlent leur grève

Le Camra a entériné donc les décisions de la la majorité des assemblées générales tenues dans toutes les wilayas en fin de la semaine dernière

RYAD KRAMDI via Getty Images

Les médecins résidents ont décidé de geler leur grève à partir du dimanche 24 juin. A cette date, ils reprendront le travail de façon ordinaire selon le communiqué sanctionnant la réunion du bureau national du collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra), publié tard dans la soirée du 22 juin.

Le Camra a entériné donc les décisions de la la majorité des assemblées générales tenues dans toutes les wilayas en fin de la semaine dernière.

On avait alors souligné que seuls les résidents des wilayas de Constantine et de Tizi-Ouzou étaient opposés au gel de la grève. La majorité a, donc, opté pour la reprise en prenant à témoin l’opinion publique.

Le Camra explique notamment sa décision par sa volonté de faire sortir cette grève de sept mois de l’impasse. La reprise du travail des résidents permettrait, selon le communiqué du Camra, une reprise du dialogue et des négociations avec le ministère de la santé et celui de l’Enseignement supérieur pour faire aboutir leur plate-forme de revendications. 

“Conscients de notre responsabilité à nous montrer proactifs dans le règlement satisfaisant de cette situation qui voit l’avenir de milliers de résidents engagés et afin de permettre le rétablissement du dialogue avec nos deux ministères de tutelle, après concertation et vote majoritaire, nous venons une fois de plus témoigner de notre bonne foi en appelant l’ensemble des médecins résidents au gel de la grève à partir du dimanche 24 juin”, lit-on dans le communiqué du Camra. 

Affirmant ne pas renoncer à leurs revendications, les médecins résidents estiment avoir réussi à attirer l’attention sur la situation critique du secteur de la santé en Algérie. Aussi, ils appellent à une mobilisation contre toute mesure punitive à l’encontre des médecins grévistes. Ils rappellent dans ce sillage que de nombreux résidents avaient été exclus par les chefs des entreprises hospitalières où ils exerçaient alors que d’autres ont fait face aux menaces et intimidations.

Les résidents se disent également attentifs au sort des résidents de 1er années et veillent à ce que les “demistes” solidaires de la grève ne soient pas pénalisés.   

 

Loading...