MAROC
15/08/2019 13h:19 CET

Les médecins du secteur public en grève les 15 et 16 août

5 jours de grève décrétés au cours de ce mois.

STR via Getty Images

CONFLIT SOCIAL - La crise se poursuit. Les médecins du secteur public multiplient les grèves au cours de ce mois d’août. Le Syndicat indépendant des médecins du secteur public (SIMSP) décrète une série d’arrêts de travail à compter d’aujourd’hui et demain, 15 et 16 août. Puis, trois autres débrayages sont programmés pour le 19, les 22 et 23 août, d’après le SIMSP, précisant que les services d’urgence et de réanimation ne seront pas concernés. “Nous poursuivons notre combat après la semaine de colère que nous avons organisée du 22 au 28 juillet. Nous observerons 5 jours de grève pendant ce mois d’août parce que nous n’avons toujours pas de réponse du gouvernement”, déclare au HuffPost Maroc le secrétaire général du SIMSP, Dr Abdellah El Mountadar Alaoui,

De nouvelles protestations en rappel des revendications en suspens. En priorité, ces médecins demandent l’application de l’indice-échelon 509 (Bac+8) dans le calcul du salaire et son équivalence au doctorat d’Etat, ainsi que l’amélioration de leurs conditions de travail. “Malgré la dynamique que l’on constate sur le plan des infrastructures et équipements, pour nous, cela reste bien loin de nos attentes et de celles des citoyens”, estime le SG du SIMSP. Et de souligner que “les efforts du ministère de la Santé ne portent pas sur le facteur humain. Nous attendons toujours que les conditions de travail du médecin soient aux normes scientifiques en vigueur, et que l’accueil du citoyen se fasse dans le respect de sa dignité et en application de son droit constitutionnel à la santé”. 

La grogne des médecins du secteur public s’exprime par la grève, mais aussi par des démissions collectives. Ils étaient près de 1000 médecins à avoir déposé des démissions de manière collective au mois d’avril dernier. Un chiffre qui a augmenté de 300 nouvelles démissions, en ce mois d’août, d’après ce syndicat, précisant qu’à la demande du ministère de la Santé, ces démissions seront présentées à l’administration à titre individuel. “Nous espérons que le ministère donnera une suite favorable aux demandes ayant rempli tous les critères”.