ALGÉRIE
26/06/2019 19h:09 CET | Actualisé 27/06/2019 13h:15 CET

Les forces de l’alternance démocratique proposent un pacte politique

Facebook/moumouh.labdouci

Les forces de l’alternative démocratique qui regroupe des partis politiques et la ligue des Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (RCD et du FFS (Laskri), la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH), le MDS, le PLD, le PST, le PT et l’UCP) ont proposé aujourd’hui un “PACTE POLITIQUE POUR UNE VÉRITABLE TRANSITION DÉMOCRATIQUE”.

Pour les forces de l’alternance  il ne peut y avoir de négociation et espérer  une transition démocratique sans passer par l’organisation d’une période de transition qui réunit les moyens politiques pour l’expression d’une véritable souveraineté du peuple et l’édification d’un Etat de droit démocratique basé sur:

- L’indépendance de la justice;
- La séparation et l’équilibre des pouvoirs 
- La non utilisation de la religion à et du patrimoine et des symboles de la Nation à des fins politiques 
- L’égalité en droits entre les Hommes et les Femmes 
- La non utilisation de la violence pour la conquête et l’exercice du pouvoir 
- Le droit d’association et le droit d’organisation syndicale soumis au seul régime déclaratif 
- Le droit de réunion, d’organisation et de manifestation 
- La garantie par l’Etat des droits sociaux et économiques fondamentaux des citoyens
- La consécration des libertés individuelles et collectives, syndicales et le droit de grève
- La souveraineté populaire sur les richesses naturelles de la nation.
- La Consécration du rôle de l’Etat dans la conduite du développement national et la lutte contre les inégalités socio-économiques et la pauvreté.
- Le respect de tous les pluralismes.

Les partis politiques réunis au siège du RCD faute d’avoir obtenu une autorisation délivrée par la wilaya rejettent la tenue d’une présidentielle dans les conditions actuelles et ont réagi à aux déclarations du Vice-Ministre de la Défense et Chef d’Etat-Major Ahmed Gaïd Salah contre le drapeau amazigh.

“L’interdiction de l’emblème amazigh dans les manifestations publiques et la judiciarisation de l’action politique en sont les preuves supplémentaires. Nous dénonçons et mettons en garde contre de telles dérives qui visent à semer la division, la peur et la confusion”, affirment les forces de l’alternance démocratique.