ALGÉRIE
27/05/2018 15h:55 CET

Les fédéraux américains ont perdu 1475 enfants de migrants qu'ils ont arrachés à leurs parents

L’administration fédérale américaine a perdu 1475 enfants, dont nombreux sont des mineurs qu’elle a arrachés à leurs parents, des migrants sans cartes de séjour, et placés dans des “familles d’accueil”.

Edgard Garrido / Reuters

L’administration fédérale américaine a perdu 1475 enfants, dont nombreux sont des mineurs qu’elle a arrachés à leurs parents, des migrants sans cartes de séjour, et placés dans des “familles d’accueil”.

Cette information a été divulguée par un haut responsable du département de la Santé alors qu’il était questionné par les sénateurs américains sur l’agence fédérale américaine Office of Refugee Resettlement (ORR) qui supervise la prise en charge des “mineurs non accompagnés” entrés sur le sol des Etats-Unis sans visa.

Steven Wagner, qui est le haut responsable interrogé par les sénateurs américains fin avril dernier, a ainsi affirmé que les services chargés du placement des enfants de migrants non accompagnés dans des familles d’accueil ont perdu, durant les trois derniers mois de l’année 2017, toute information concernant 1475 enfants.

Ces enfants de migrants ont soit pénétré le territoire américain sans être accompagné d’un parent ou autre adulte, soit ont été séparés de leurs parents par les autorités américaines et ont été placés dans des familles d’accueil en attendant que le sort de leur parent soit tranché par une décision de justice.

Les placements de ces enfants se font en général auprès d’un membre de la famille de l’enfant, a expliqué Steven Wagner au Sénat, et si cela n’est pas possible, il se fait auprès de personnes qui se présentent comme des bénévoles et qui subissent une enquête avant d’être acceptés comme “famille d’accueil”.

Un mois après le placement du mineur dans la famille, les services du Office of Refugee Resettlement passent un coup de téléphone à la famille pour savoir si l’enfant se porte bien.

En 2017 donc, dans 1475 des cas de ces enfants placés, lorsqu’ils ont passé le coup de téléphone, les services fédéraux chargés du suivi n’ont pas réussi à avoir aucune information sur l’enfant placé.

Aucun système d’alerte ne semble être prévu dans ce genre de cas, cette agence fédérale souffrant de problèmes sévères de coupes budgétaires. Et certains sénateurs républicains ont publiquement reconnu qu’ils n’y avait aucun moyen de savoir si ces enfants “disparus des radars” sont entre des mains d’adultes malveillants, abusifs ou ont “décidé d’enfreindre les lois de l’immigration américaines”.

D’octobre à décembre 2017, sur le total de 7 635 coups de fil passés aux nouvelles familles d’accueil, les services sociaux ont pu s’assurer que la grande majorité des enfants vivaient dans leur famille d’accueil, que 28 enfants s’étaient enfuis, que 52 avaient changé de famille et que le reste était “missing”, évaporés.

Ces informations sont rendues publiques alors que les services de l’immigration américains sont accusés par des organisations aussi puissantes que crédibles, comme ACLU, de maltraitance, d’abus et de violences contre les enfants de migrants.

L’administration Trump a pour politique de systématiquement séparer les enfants de migrants de leurs parents lorsqu’ils sont arrêtés aux frontières sud au moment où ils essaient de pénétrer le sol des Etats-Unis, ce qui grossit les rangs des enfants ”à qui il faut trouver une famille d’accueil” alors que les services sensés trouver cette famille ont de moins en moins de ressources et de moyens pour le faire.

Ces migrants viennent le plus souvent d’Amérique centrale, d’où ils fuient la violence et la pauvreté extrêmes.