MAROC
14/06/2019 11h:44 CET

Les examens au sein des facultés de médecine et de pharmacie resteront ouverts jusqu'au 25 juin

Le gouvernement “n’hésitera pas à prendre les mesures légales en vigueur à l’encontre de quiconque aura tenté de perturber le déroulement normal de ces examens”

COMITÉ NATIONAL DES ÉTUDIANTS DE MÉDECINE AU MAROC / FACEBOOK

CONFLIT - Après un bras de fer entre les étudiants et le ministère de l’éducation, le gouvernement a tranché. Les examens prévus dans les facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire resteront ouverts jusqu’au 25 juin devant tous les étudiants conformément au planning déjà annoncé à ce sujet, a indiqué ce jeudi 13 juin le gouvernement dans un communiqué relayé par la MAP. 

Ce denier réitère par ailleurs “sa détermination à mettre en œuvre les dispositions juridiques et procédurales en vigueur dans de telles situations, y compris le redoublement de l’année universitaire ou la révocation pour les étudiants ayant déjà consommé les années de redoublement autorisées”.

Selon la même source, le gouvernement assure avoir pris toutes les dispositions nécessaires pour l’organisation des examens de la session du printemps à partir du lundi 10 juin, selon le planning adopté par les structures universitaires des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire, affirmant “sa détermination à respecter le principe de l’égalité des chances entre tous les étudiants et les médecins marocains, sans discrimination aucune”.

“Le gouvernement suit avec grand intérêt ce dossier et approuve l’ensemble des mesures et initiatives prises par le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Formation des cadres, et le ministère de la Santé, pour trouver une solution à la situation que connaissent les facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire au niveau national, en répondant favorablement aux revendications légitimes et raisonnables” des étudiants de ces facultés, souligne le porte-parole du gouvernement dans sa lecture du communiqué, à l’issue de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement.

Le gouvernement met également en lumière l’implication d’autres parties, particulièrement le mouvement Al Adl Wal Ihsane, “qui ont exploité cette situation pour inciter les étudiants à mener des actions servant un agenda contraire à leurs intérêts”, explique Mustapha Khalfi lors de sa lecture. 

Le communiqué souligne enfin que le gouvernement “n’hésitera pas à prendre les mesures légales en vigueur à l’encontre de quiconque aura tenté de perturber le déroulement normal de ces examens”.