ALGÉRIE
23/07/2019 11h:06 CET | Actualisé 23/07/2019 12h:32 CET

Les étudiants maintiennent la pression

Mehdi Alioui pour le HuffPost Algérie

Ils sont quelques centaines à être au rendez-vous de ce 22e mardi. Les étudiants ont entamé ce matin, peu avant 11H, leur manifestation contestant le pouvoir et revendiquant le droit des Algériens à l’édification d’un Etat démocratique. 

Comme chaque mardi, les étudiants se sont donnés rendez-vous à la place des Martyrs pour amorcer ce 22e mardi de manifestation. “Houkouma dégage”, “doula madaniya machi askariya”,“Libérez l’Algérie” autant de revendications qui soulignent la determination des étudiants à poursuivre la lutte déclenchée par les jeunes un certain 22 février.

 “Le peuple veut un régime civil” est le nouveau slogan des étudiants qui reviennent toujours à l’inamovible “doula madaniya machi 3askariya” interpellant directement le chef d’état major. 

Si les étudiants rejettent tout dialogue avec “les bandes”, ils appellent à un réel débat avec “les compétences du pays”.

Ils ont également exigé la libération des détenus d’opinion et du moudjahid Lakhdar Bouregaa, scandant leur refus de se laisser distraire par le football et le sacre africain de l’Equipe nationale.

Les étudiants ont également appelé à “une presse libre et une justice indépendance”. 

Ce 23 juillet, 22e manifestation du mardi, les étudiants ont maintenu la pression. Au coeur de l’été, la révolution du 22 février ne s’est pas essoufflée...  

Après avoir emprunté les rues Bab Azzoun, Ali Boumendjel, Larbi Ben M’Hidi et Pasteur, ils ont décidé de se rassembler sur l’esplanade de la Grande-Poste avant de reprendre leur marche vers le boulevard Amirouche, en présence du même dispositif sécuritaire.