MAROC
31/07/2019 15h:25 CET

Les étudiants en médecine ne lâchent rien

Ils ont annoncé l'organisation d'une marche nationale le 1er septembre à Rabat.

Huffpost MG

ENSEIGNEMENT - Les étudiants en médecine à travers leur Commission nationale (CNEM) ont bien l’intention de poursuivre leur mouvement de protestation. C’est ce qu’ils ont fait savoir dans un communiqué publié hier mardi 30 juillet sur leur page Facebook.

Estimant que la commission interministérielle n’a pas réussi à mettre fin à leur crise qui a duré près de six mois, les étudiants ont annoncé l’organisation d’une marche nationale le 1er septembre prochain à Rabat, appelant tous “les défendeurs de leur cause à venir nombreux pour cette étape” de leur mouvement, invitant enseignants, médecins et parents à les rejoindre.

Les étudiants en médecine ont également annoncé le lancement d’une campagne médiatique nationale et internationale visant à sensibiliser l’opinion publique, tout au long du mois d’août, ainsi que la Fédération internationale des études en médecine, chargée d’accréditer les écoles de médecine au niveau mondial.

Ce n’est pas tout. Ces mêmes étudiants ajoutent que des assemblées générales nationales auront lieu le 3 septembre prochain afin de décider quelles seront les prochaines mesures militantes, et de réélire de nouvelles personnes dans leur commission.

La CNEM a aussi appelé les ministères de l’Enseignement supérieur et de la Santé à mettre fin aux “mesures arbitraires à l’encontre des étudiants et de leurs représentants (interdiction de documents et de preuves universitaires, fermeture de quelques facultés aux étudiants...), afin de créer des conditions favorables pour la discussion et le dialogue.”

Les étudiants se sont dit prêts pour un “dialogue sérieux et approfondi” afin de trouver des solutions permettant de sauver leur année universitaire. Ils ont également appelé le ministère de la Santé à “respecter les dispositions de l’accord du 3 novembre 2015 et à rechercher des solutions pour fournir des services de santé dans le cadre de leur emploi, loin de toute obligation”.

Les étudiants ont encore une fois confirmé leur rejet du service obligatoire dans des zones enclavées, soulignant que “l’inclusion de ce service obligatoire est une violation de l’accord du 3 novembre 2015, signé entre la coordination nationale des étudiants en médecine et en médecine dentaire et des ministères de l’Enseignement supérieur et de la Santé”.

Notons que la CNEM a annoncé, dans un précédent communiqué, qu’elle tiendrait une conférence de presse le 1er août au siège de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) à Rabat, qui aura pour objectif d’“informer des évolutions de la grève menée par les étudiants en médecine, médecine dentaire et pharmacie, et présenter les résultats des discussions, de la dernière proposition ministérielle, ainsi que des mesures militantes prochaines de la CNEM”.