ALGÉRIE
16/04/2019 15h:50 CET

Les étudiants célèbrent la journée du savoir en contestation pacifique

Il place cette journée sous le thème de la révolte en revendiquant leur légitimité et décrédibilisent celle du pouvoir.

Huffpost Algérie

Les étudiants des différentes facultés d’Alger, très nombreux dès le matin à Alger-Centre, ont célébré la journée du savoir ce 16 avril en inaugurant la 8e manifestation estudiantine contre le système qui perdure. Il place cette journée sous le thème de la révolte en revendiquant leur légitimité et décrédibilisent celle du pouvoir.

La détermination est intacte. Les étudiants, munis de leurs slogans et drapeaux étaient plusieurs centaines dès 10 heures du matin. Malgré la forte présence policière, ils ont réussi intelligemment et pacifiquement à déjouer tous les cordons policiers les empêchant de manifester à Alger-Centre.

 

Huffpost Algérie

 

Ces jeunes ne veulent plus être marginalisés et l’expriment haut et fort. Ils veulent participer à rebâtir leur Algérie. Ils scandent “nous sommes des étudiants conscients et nous refusons ce régime”. Ils veulent retrouver leur légitimité celle d’une élite qui dispose de toutes les capacités pour construire un état de droit.

 

Huffpost Algérie

 

Sur leurs banderoles, il rappellent l’importance de l’éducation pour la nation. Une jeune étudiante inscrit sur sa pancarte la célèbre citation de Nelson Mandela “l’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde”.

Le savoir est donc leur unique arme pour imposer le changement, et ils le disent clairement “avec notre plume nous vous combattrons et avec le savoir vous tomberez” peut-on lire sur le slogan d’un étudiant.

 

Huffpost Algérie

Cette élite jeune qui refuse la soumission, et continue de manifester depuis plusieurs semaines pour un état de droit, n’a aucune confiance en ceux qui représentent l’État actuellement. Pour un étudiant le gouvernement est “source d’ignorance”.

Un autre questionne “comment peut-on vous faire confiance et aller vers des élections avec un État qui ne respecte ni la constitution ni la voix du peuple”.

 

Huffpost Algérie

Un étudiant brandi une pancarte “notre problème n’est pas avec l’armée, ni avec la constitution, mais avec un état mafieux”.

Pour marquer cette journée, des étudiants rendent hommage à des penseurs algériens en portant leurs portraits. On voit parmi cette foule de portraits brandis Cheikh El Bachir El Ibrahimi, Abdelhamid Ben Badis, ou encore Malek Benabi.

 

Huffpost MG

Les manifestants, empêchés de rejoindre la Grande-Poste, place fétiche de la contestation, ont fini par la reconquérir. À petits pas, ils ont réussi à repousser le cordon policier, et occuper les escaliers et l’esplanade de la Grande Poste. Une victoire significative pour ces jeunes, sur le bon chemin pour retrouver toute sa liberté.