ALGÉRIE
10/11/2019 00h:17 CET

Les engagements de Abdelmadjid Tebboune

- via Getty Images
Abdelmadjid Tebboune speaks during a press conference in the capital Algiers on November 9, 2019. - Five candidates, including two former prime ministers under deposed president Abdelaziz Bouteflika, have been selected to run in Algeria's December presidential poll, the country's consitutional council confirmed. Tebboune, 73, was a senior civil servant and served as Bouteflika's communications minister when he came to power in 1999. (Photo by - / AFP) (Photo by -/AFP via Getty Images)

“Mes 54 engagements pour une nouvelle République” est le titre choisi à la synthèse du programme du candidat à l’élection présidentielle du 12 décembre 2019, Abdelmadjid Tebboun. “Je m’engage par devant Dieu et par devant le peuple à tout entreprendre, si je suis élu à la magistrature suprême, pour réaliser les attentes et les aspirations légitimes portées par le Hirak du 22 février pour un changement global et véritable à même de permettre à notre pays de se redresser et prendre un nouveau départ”, a-t-il promis dans le préambule de cette synthèse remise à la presse, samedi 9 novembre, lors d’un point de presse à l’hôtel El Djazair, à Alger. Le candidat s’engage à réviser “en profondeur” la Constitution pour, entre autres, établir “une séparation stricte” des pouvoirs, protéger les droits et libertés des citoyens et consacrer “l’inviolabilité et l’immuabilité” de la limitation du mandat présidentiel à un seul “renouvelable une fois”. Une révision de la loi électorale est proposée consacrant notamment le bannissement définitif de “la collusion entre argent sale et politique par des dispositions pénales” et l’émergence d’une nouvelle génération d’élus “compétents et intègres”. « Eriger la compétence comme critère fondamental dans la sélection et la nomination aux différentes fonctions de l’Etat. Séparer l’argent de la politique. Mettre en place des mécanismes de contrôle et de veille pour garantir l’intégrité des responsables publics et une gestion saine des deniers de l’Etat”, est-il prévu dans un projet de “réforme globale” de l’Etat et de ses démembrements.

Une société civile « libre et dynamique »

Une réforme globale de la justice “pour garantir son indépendance et sa modernisation” est prévue dans le programme électoral. Il est question aussi d’encourager une presse libre, “plurielle et indépendante”, respectueuse des “règles de professionnalisme, de l’éthique et la déontologie, érigée en vecteur de l’exercice démocratique et protégée contre toute forme de dérive”. Le programme comprend la promotion de “la démocratie participative”, d’une société civile “libre, dynamique et capable d’assumer pleinement son rôle de contrepouvoir”, d’une refonte “totale” de l’organisation territoriale et le fonctionnement de l’administration locale. Un “Plan d’action jeunesse” est retenu pour, entre autres, favoriser l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs. Le candidat s’engage à engager une nouvelle politique de développement “indépendante de la rente pétrolière” avec notamment des incitations fiscales pour encourager la production agricole et industrielle et la promotion des PME et des start up.

Révision des subventions et du SNMG

Il est question aussi de réviser “totalement” la politique de CKD et SKD pour “garantir une intégration élevée” dans les secteurs concernés (automobile, etc), de renforcer le rôle économique des collectivités locales, de lancer des grands projets structurants et d’infrastructures (rail, autoroutes) et d’améliorer le climat des affaires ainsi que d’encourager l’investissement direct étranger (IDE) avec une réforme du système bancaire et du système de financement des investissements. Il est prévu dans le programme la récupération des terres agricoles non exploitées, la relance de l’élevage halieutique et la création d’une flotte pêche de grand large. Une réforme financière et fiscale est détaillée dans le programme ainsi que la promotion des énergies renouvelables et la révision de la politique des subventions généralisée (pour la consommation du gaz et de l’électricité) dans “le cadre d’une approche ciblée”. Le candidat promet de réviser le SNMG (Salaire national minimum garanti), de défiscaliser les bas revenus et de préserver le système de sécurité sociale.  L’accès au logement sera érigé en “priorité absolue” et les bidonvilles seront “totalement” éradiquées. Abdelmadjid Tebboun s’engage à promouvoir l’industrie de défense, à développer une diplomatie économique “offensive” et une diplomatie culturelle et cultuelle “au service du rayonnement national”et à impliquer la diaspora “dans le renouveau national”.  

Ouverture de lignes low cost

Un “Plan Destination Algérie” est retenu pour relancer le secteur du tourisme avec l’ouverture de nouvelles lignes de compagnies low cost, le développement du partenariat public-privé et l’assouplissement des procédures d’obtention de visas touristiques. Dans le volet culturel, le candidat propose de développer l’industrie cinématographique, d’encourager l’expertise nationale dans le domaine de l’industrie culturelle et artistique pour “limiter la prestation de services importée”, de promouvoir le livre et la lecture notamment dans les milieux scolaires et de soutenir les actions artistiques des jeunes.