MAROC
12/08/2018 19h:08 CET

Les éleveurs avicoles marocains contre la décision du ministère d'importer des poulets américains

Les éleveurs marocains rentreraient dans une "compétition déloyale".

Artur Debat via Getty Images

CONSOMMATION - Après l’annonce, le 6 août, de l’ouverture du marché marocain au viande de volaille américaine, les éleveurs avicoles ont exprimé leurs inquiétudes à l’encontre de cette décision prise par le ministère de l’Agriculture.

Dans un communiqué rapporté par Hespress, la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA) appelle les professionnels à “une réunion en urgence” pour discuter des conséquences de cette importation.

Le secrétaire général de la FISA, Mustapha Oussaid, assure, dans une déclaration à Alyaoum24, que cette décision aura des effets néfastes sur les éleveurs marocains qui “rentreront dans une compétition déloyale”.

Selon Oussaid, le marché avicole connaît déjà “un surplus de taille”, ce qui entraîne, parfois, une baisse des prix. L’importation du poulet américain condamnera ainsi, d’après lui, les éleveurs marocains à “de grandes pertes financières”.

Une importation sous conditions

Le Maroc, qui a longtemps interdit l’importation de la viande de volaille des États-Unis pour des raisons sanitaires, a fini par lever cette interdiction aux Américains de vendre leurs produits dans le marché national.

La décision a été signée par le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), ainsi que le Bureau du représentant américain au commerce et le département de l’Agriculture des États-Unis. 

L’importation sera, cependant, soumise à plusieurs conditions notamment “les contingents tarifaires, techniques et sanitaires”, stipule l’accord.

Les Américains devront donc garantir que l’abattage de la viande de volaille et des produits dérivés est effectué “conformément aux exigences religieuses islamiques halal”. La viande et ses dérivés devront également respecter les conditions sanitaires imposées par le modèle validé par l’ONSSA et les autorités américaines.