MAROC
16/10/2018 19h:23 CET

Les diplômés chômeurs malvoyants ont levé leur sit-in sur le toit

Suite à une médiation de députés parlementaires et de nouvelles promesses.

AIC Press

MÉDIATION - Les diplômés chômeurs malvoyants ont levé leur sit-in sur le toit du département de la Famille. Leur décision a été prise suite à une médiation de députés parlementaires qui s’est avérée efficace, affirme au HuffPost Maroc un membre de la coordination de ces diplômés chômeurs, Yassine Abou Soufiane. “Les chefs des groupes parlementaires de la Chambre des représentants sont venus hier soir pour nous rencontrer. Ils ont tenu une réunion avec nos représentants à la salle des réunions du ministère”, déclare-t-il. Et de préciser que les députés de la majorité et de l’opposition leur ont demandé de quitter le toit pour éviter que d’autres subissent le sort de Saber El Haloui, un des leurs, qui avait fait une chute mortelle le dimanche 7 octobre. 

En sit-in depuis le 26 septembre, ce groupe d’une trentaine de grévistes, qui avait organisé une marche le samedi dernier, a finalement été convaincu par les promesses des députés. “Ils se sont engagés à suivre pas à pas notre dossier et de veiller à la mise en place de solutions dans les plus brefs délais”, raconte Abou Soufiane. Ce dernier précise que les députés ont également assuré aux manifestants que le wali de la région s’engage auprès d’eux afin d’apporter son soutien à la résolution du problème au niveau régional. 

C’est après la séance des questions orales d’hier après-midi à la Chambre des représentants, dont la première partie à été consacrée à la situation de ces chômeurs malvoyants et au drame de Saber El Haloui, que les députés ont pris l’initiative de désamorcer en personne ce conflit. Interpellée à l’occasion, la ministre de la Famille, de la Solidarité, de l’Égalité et du Développement social, Bassima Hakkaoui avait rapporté des actes de violence de la part de ce groupe de malvoyants diplômés chômeurs, qui aurait tenté de “casser la porte de son bureau”. Ce que la coordination nationale des diplômés chômeurs malvoyants, interrogée par le HuffPost Maroc, a démenti dès hier soir, précisant n’avoir “jamais quitté le toit”. 

Pour rappel, ces diplômés chômeurs revendiquent “un emploi par la voie d’un recrutement direct” et la mise en oeuvre du quota de 7% en faveur de cette catégorie lui permettant d’intégrer la fonction publique. Depuis 2012, aucun de ces diplômé n’en avait bénéficié, selon leur coordination nationale. 

“Nous espérons que les promesses qu’on nous a données, cette fois-ci, seront tenues. On nous a annoncé que nous serions prévenus de l’évolution de notre dossier par des réunions régulières, deux fois par mois”, nous confie Abou Soufiane, qui rentre ce soir chez lui à Marrakech.

En attendant de voir ce que le dialogue donnera pour ce groupe, un autre groupe plus important en nombre est toujours en sit-in devant le département de la Famille.