MAROC
26/02/2019 14h:25 CET | Actualisé 26/02/2019 15h:32 CET

Les diplômés chômeurs malvoyants et non-voyants annoncent un suicide collectif dans les prochains jours

Un message glaçant.

AIC Press

CONFLIT SOCIAL - L’annonce est glaçante. La coordination nationale des diplômés chômeurs malvoyants et non-voyants a publié, ce mardi 26 février, un message qu’elle adresse au gouvernement, aux députés et responsables politiques, aux médias, ainsi qu’aux citoyens. Elle y annonce “sa décision en son âme et conscience”, précise-t-elle, de procéder à ce qu’elle qualifie de “sacrifice collectif dans les prochains jours”.  

Aussi terrible soit-elle, cette décision de suicide est présentée par ces diplômés chômeurs comme l’ultime moyen d’un combat qui, pour eux, n’a pas abouti. “Nous espérons que cela servira la cause des générations à venir appartenant à cette catégorie et sera la raison de l’amélioration de leurs conditions de vie dans ce pays”, espère la coordination. 

Dans ce message, ces diplômés décrivent leur douleur légitimant leur volonté par “la marginalisation” qu’ils disent avoir subie pendant des années. “Le gouvernement marocain n’a pas tenu ses promesses envers nous depuis le début de son mandat. Il ne cherche pas à trouver des solutions réelles”, indique-t-elle. Et d’ajouter que la ministre de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social, Bassima Hakkaoui, les a reçus le 19 février dans le cadre d’un dialogue dans lequel elle “(les) a assurés avoir rempli sa mission en matière de recours légaux”.

Tout au long de son message, la coordination revient sur son parcours de militantisme à travers toutes les démarches entreprises et les déceptions essuyées. “Nous avons épuisé toutes nos tentatives de diplomatie, de militantisme et d’escalade depuis des années pour sensibiliser les responsables sur notre dossier légitime”, souligne-t-elle. Et de préciser avoir adressé des lettres, dans le même sens, à tous les organismes de l’Etat ainsi qu’aux partis et groupes parlementaires. “Nous avons observé plusieurs sit-in, dont le plus important a été celui sur le toit du ministère de la Solidarité au cours duquel est décédé le martyre Saber El Haloui en quête d’une vie digne”, rappelle-t-elle. 

Capture d'écran

La semaine dernière, cherchant à sensibiliser la communauté mondiale sur leur réalité et leur vécu, ces diplômés chômeurs se sont tournés vers les organismes internationaux. La coordination avait ainsi adressé un rapport à Amnesty International et au Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme. 

“Dieu est miséricordieux... Nous avons cherché cette miséricorde auprès de ceux qui prétendent avoir un référentiel islamique, ministres et responsables”, lance la coordination à la fin de son message appelant les citoyens ”à prier pour le repos de leurs âmes”.