MAROC
26/10/2018 10h:58 CET

Les détenus du Hirak d'Al Hoceima placés en isolement à Oukacha

L'inspection des cellules a permis de saisir une montre téléphone et des appareils électroniques.

AFP CONTRIBUTOR VIA GETTY IMAGES

DÉMENTI - C’est une vidéo du père de Nasser Zefzafi, leader du Hirak d’Al Hoceïma, qui a suscité la réaction de la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR). Mohamed Zefzafi y dénonce “des inspections faites par des inconnus en civil” qui auraient agi avec violence “en maltraitant les détenus” et annonce la reprise de la grève de la faim par les concernés se trouvant dans le même pavillon que son fils.

La DGAPR confirme, dans un communiqué publié hier soir, que ces détenus de la prison locale Aïn Sebaâ 1 ont bien été soumis à l’inspection. Mais elle précise qu’il s’agit d’une opération menée par la direction de la prison en conformité avec la loi. “Plusieurs cellules de détenus dans les événements d’Al Hoceïma ont fait l’objet de contrôle suite auquel des produits illicites ont été saisis dans certaines d’entre elles”, affirme-t-elle. Et d’ajouter que cette saisie compte notamment une montre téléphone et des appareils électroniques.

Soulignant que ces inspections se sont déroulées dans le respect de “la sécurité physique et la dignité des détenus”, la DGAPR indique que les détenus concernés par cette saisie ont menacé d’observer une grève de la faim. Ce qui, pour la même source, représente une volonté de “faire pression sur la direction de la prison” pour la dissuader de ne pas appliquer les sanctions qui s’imposent dans ce cas. “Ce qui a amené la direction à les placer dans des cellules d’isolement conformément à la procédure en vigueur en cas de grève de la faim”.

Une menace qui, d’après la même source, n’a finalement pas été mise exécution. “Les détenus concernés ont été convaincus de renoncer à la grève de la faim et l’ont annoncé par écrit”, précise la DGAPR.