MAROC
14/06/2018 13h:33 CET

Les détenus du Hirak boycottent leur procès et clament leur innocence

“D’un point de vue juridique, le boycott n’est pas interdit par la loi".

Anadolu Agency via Getty Images

PROCÈS - Ultime recours. Plus d’un an après l’ouverture de leur procès à la Cour d’appel de Casablanca, les 49 détenus du Hirak du Rif ont décidé de manière unanime de ne plus y assister. Ils boycottent ainsi leur procès après 80 audiences, déclare le comité d’avocats qui assure leur défense. 

Ce dernier a publié un communiqué dans lequel il précise que ce sont les détenus qui ont annoncé leur décision au cours de la dernière audience, mardi 12 juin. “Dans leur box en verre, ils se sont levés pour annoncer leur décision de boycotter le reste du procès”, décrit-il dans ce communiqué relayé par les avocats et le comité national de soutien du Hirak du Rif. 

Une décision écrite et signée par l’ensemble des détenus pour protester contre “le déroulement du procès et les failles ayant remis en question les principes du procès équitable”. Dans leur décision, les détenus déclarent qu’ils “n’avaient d’autre choix que de boycotter le procès”. 

“D’un point de vue juridique, le boycott n’est pas interdit par la loi. D’ailleurs à cette annonce, le représentant du ministère public n’a pas émis d’objection à l’annonce faite par les détenus”, déclare au HuffPost Maroc Abdelkarim Elmoussaoui, un des avocats formant ce comité. Pour ce dernier, les détenus ont exercé un droit face auquel “la défense ne peut qu’exprimer son soutien”.

Le parquet, s’il n’a pas brandi d’objection, a toutefois estimé qu’“il serait souhaitable, pour les détenus d’assister à leur procès”, indique l’avocat Elmoussaoui. Et de préciser que le parquet a insisté sur l’intérêt, pour les détenus, de suivre sa plaidoirie et celle de la partie civile. 

Les prochaines audiences se tiendront donc sans les détenus, mais en présence de leurs avocats qui “maintiendront le silence” à leur demande. Si les détenus ne reviennent pas sur leur décision, une fois les plaidoiries du ministère public et celle de la défense de la partie civile terminées, le procès passera à la phase finale des délibérations, donc au verdict. “Sur la base des condamnations qui seront prononcées, les détenus s’exprimeront et décideront de leur recours éventuel à l’appel”, précise l’avocat.

Dans leur décision, les détenus ont réitéré leur revendication d’être libérés, clamant leur innocence des chefs d’accusations pour lesquels ils sont poursuivis.   

LIRE AUSSI: