MAROC
23/05/2019 18h:24 CET

Les décisions de Benchamach attisent la colère au sein du PAM

Il vient de limoger les secrétaires régionaux du parti.

PAM.ma

PARTIS - Depuis la tenue de la première réunion du comité préparatoire du congrès national, le 18 mai, c’est une cascade de rebondissements qui se succèdent au PAM. La décision du secrétaire général du parti, Hakim Benchamach, d’invalider l’élection du président du comité préparatoire élu à l’issue de cette réunion qu’il venait de reporter et de sanctionner toute atteinte commise contre le statut du parti a divisé le PAM entre “les pour et les contre cette élection” créant un parti dans le parti.

“Au cours de cette réunion qui a duré 6 heures, à chaque fois qu’on arrivait à un compromis, le secrétaire général se retirait. Il a aussi présenté 3 propositions qu’on a accepté, mais sur lesquelles il est revenu par la suite. On ne savait plus à quoi s’en tenir avec lui”, déclare au HuffPost Maroc l’avocat Abdellatif Wahbi, membre du bureau politique du PAM. Ce dernier ne parle pas, tout de même, de la constitution d’“un clan anti-Benchamach”, mais estime que le SG “est mal conseillé dans son entourage”. 

Après avoir révoqué le président du bureau fédéral, Mohamed Hamouti, mardi, Benchamach vient de mettre fin au mandat des coordinateurs régionaux du parti. Brandissant le statut du parti et le règlement interne, il a décidé, d’après un communiqué publié, ce jeudi, sur le site du PAM, de destituer ces secrétaires régionaux pour avoir dépassé la durée légale transitoire de leur mandat “fixée à 30 jours à partir de l’annonce des résultats des élections législatives”. Exercice illégal donc d’une fonction, c’est ce que leur reproche le SG annonçant que cela aura “des conséquences légales”. Le bureau politique et le bureau fédéral sont, eux, appelés à remédier à la situation en coordination avec le secrétariat général.

Et ce n’est pas tout, Benchamach indique, dans cette même décision, avoir transmis la liste des membres des deux bureaux précités au comité d’arbitrage et d’éthique pour s’assurer de la validité des fonctions de chacun d’eux. D’éventuelles autres décisions s’en suivront.  

Wahbi se dit “surpris” par la décision de “geler” les mandats des coordinateurs. Il lève “son véto” estimant que le SG s’est, en fait, référé à un ancien article (69) du règlement interne (celui du 20e conseil national du parti). “Il a ignoré les amendements apportés à ce dernier au 22e conseil national qui s’est tenu le 22 octobre 2017”, affirme-t-il, soulignant que cet article stipule clairement que “les secrétaires régionaux poursuivent leur fonction jusqu’à la tenue de congrès régionaux”. “La modification du règlement interne relève uniquement des attributions du conseil national”, tient-il à rappeler. Pour cet avocat, la révocation annoncée par Benchamach relève ainsi d’“une infraction à une loi approuvée par le conseil national”, instance considérée comme étant “le parlement interne” de tout parti politique.

“Wahbi dit ce qu’il veut, la loi est la loi et je ne souhaite pas commenter ses propos”, rétorque le SG du PAM dans une déclaration au HuffPost Maroc. Il défend toute action et décision qu’il a entreprises, selon lui, “dans les règles” et “le strict respect de la loi”. “Conformément au statut du parti, aucun membre n’a le droit de présider cette réunion à la place du secrétaire général ou nommer quelqu’un pour le faire”, rappelle-t-il, estimant avoir agi en toute légitimité. “Je suis clair! Il y a des enregistrements vidéo de cette réunion. J’ai transmis tout le dossier du déroulement au comité d’éthique du parti et j’ai adressé un écrit au ministère de l’Intérieur pour que je ne sois pas associé à une quelconque réunion du comité préparatoire”, affirme-t-il, annonçant qu’il donnera bientôt une conférence de presse pour faire le point sur cette situation.

12 membres du bureau politique du PAM comptent, eux aussi, tenir une conférence de presse. Wahbi, Hamouti, Ahmed Akchichen et Ahmed Idrissi, entre autres, ont signé un communiqué dans lequel ils affirment que “les décisions du SG n’engagent que lui”, notamment en réaction à la destitution du président du bureau fédéral. Wahbi annonce que le parti poursuit ses préparatifs au congrès national pensant que ce dernier pourrait avoir lieu plus tôt, en juillet, au lieu d’octobre.

Ces membres du bureau politique ainsi que certains de la jeunesse du PAM, signataires de “l’appel pour l’avenir” se sont retrouvés, hier à Tanger, dans la demeure de Ahmed Idrissi pour partager un ftour collectif. Si, pour certains, ce rassemblement donnait l’image d’un semi-congrès national, Mehdi Bensaid, signataire de “l’appel pour l’avenir” et membre du bureau fédéral, insiste plutôt sur la volonté des membres de se “montrer unis quelle que soit la situation”. Au HuffPost Maroc, il précise que plusieurs leaders du parti adhèrent désormais à l’appel de la jeunesse de redonner un nouveau souffle au PAM.