ALGÉRIE
19/01/2019 14h:08 CET

Les déchets industriels menacent le la biodiversité au lac de Télamine

DR

La campagne de dénombrement des oiseaux migrateurs, menée par la Conservation des forêts au niveau des zones humides de la wilaya d’Oran, a permis de constater un rejet massif des déchets industriels au niveau du lac Télamine, une zone humide classée Ramsar, a déploré le chef du réseau d’ornithologie régional, relevant de la Conservation des forêts.

“Il nous a été très difficile de rester longtemps sur les lieux, tellement que les odeurs émanant du lac sont fortes. Dans certains endroits, l’odeur suffocante des produits chimiques était difficile à supporter”, a indiqué Mohamed Chami, président du réseau pour le dénombrement et de l’observation des oiseaux migrateurs au niveau des wilayas d’Oran, Relizane et Mascara.

Une chimiste, membre du réseau, a été chargée de faire des prélèvements suite à ce constat pour déterminer la nature des produits rejetés dans le lac, a précisé le responsable, ajoutant que les autorités sécuritaires seront saisies pour désigner les responsables de ‘‘cette catastrophe écologique’’.

Pour sa part, l’ornithologue Ali Mahadji, associé pour la troisième année consécutive aux campagnes de dénombrement, a indiqué, à l’APS, qu’il a été témoin d’une scène où un camion-citerne était venu, il y a quelques jours, au lac pour déverser des produits dont l’odeur et la couleur laissent penser qu’il s’agit de déchets chimiques.

‘‘La situation est beaucoup plus critique cette année’’, s’est-il alarmé, ajoutant qu’il est insoutenable de rester près du lac, tellement que les odeurs sont fortes.

La sonnette d’alarme sur l’état extrêmement pollué du lac, vers lequel se déversent quelque 80.000 m3 d’eau usées par jour, a été tirée depuis des années. Le projet pour la construction d’une station d’épuration à proximité de ce site naturel a été gelé. Il a été remplacé par une proposition de construire des bassins de décantation.

Beaucoup moins couteuse, la solution des bassins de décantation serait en mesure de dépolluer le lac. Le wali D’Oran, Mouloud Cherifi, avait validé le projet, lors d’une réunion avec les élus de l’APW, mais le projet peine toujours à voir le jour, a-t-on déploré.