ALGÉRIE
07/01/2019 10h:31 CET

Les cours du brut orientés à la hausse

Les cours du pétrole avaient profité, vendredi, d’un regain d’appétit pour le risque, après des signes encourageants pour la croissance mondiale en provenance de Chine et des Etats-Unis

Bloomberg via Getty Images

Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi matin en Asie, dans le sillage des places boursières mondiales encouragées par les propos du patron de la Fed.

Vers 03h15 GMT, le baril de “light sweet crude” (WTI), référence Américaine du brut, pour livraison en février, gagnait 65 cents à 48,61 dollars dans les échanges électroniques en Asie, alors que le baril de Brent, référence Européenne, pour livraison en mars, prenait 64 cents à 57,70 dollars.

Les cours du pétrole avaient profité, vendredi, d’un regain d’appétit pour le risque, après des signes encourageants pour la croissance mondiale en provenance de Chine et des Etats-Unis.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de WTI avait grimpé de 87 cents, les cours profitant notamment des bons chiffres de l’emploi aux Etats-Unis et donnant ainsi raison à ceux qui accusent les marchés d’avoir surréagi sur l’état de l’économie Américaine dont la croissance soutenue implique une plus forte demande en brut, se traduisant par une hausse des cours.

A noter que ces derniers ont été encouragés par les propos du patron de la Fed, Jerome Powell, qui a assuré que la Banque centrale serait “patiente” sur les taux d’intérêt. Lors d’une conférence à Atlanta (Géorgie), celui-ci a affirmé que face à l’inflation modeste et aux “inquiétudes” des marchés vis-à-vis d’un ralentissement économique, la Fed serait “patiente en évaluant comment l’économie évolue”.

Les investisseurs sont également rassurés par le lancement de discussions à Pékin entre Américains et Chinois pour tenter de tourner la page de la guerre commerciale.

Autant de signes qui contribuent à atténuer les inquiétudes de ceux qui pensent que les baisses de production annoncées par l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et par ses partenaires début décembre ne seront pas suffisantes, seules, pour relancer les cours.