TUNISIE
25/10/2018 18h:41 CET | Actualisé 25/10/2018 18h:42 CET

Les colis piégés, une spécialité américaine

Avant de viser Hillary Clinton ou Robert de Niro, le terrorisme par courrier a marqué l'histoire du pays.

Yahoo Magazines PYC

ÉTATS-UNIS - Robert de NiroBarack Obama, Joe Biden, Hillary Clinton, un intervenant de CNN et bien d’autres... une longue liste de personnalités opposées à Donald Trump ont été visées par des colis piégés ces derniers jours. Interceptés avant qu’ils n’arrivent entre les mains de leur destinataire, ces paquets explosifs ont été livrés alors que les élections de mi-mandat doivent se tenir dans moins de deux semaines.

Alors que les courriers piégés distribués par la Poste font rarement la Une en France, ce type de terrorisme intérieur est par contre fréquent outre-Atlantique. Pas plus tard que début octobre, des colis suspects adressés au Pentagone, au ministre de la Défense Jim Mattis, à l’amiral John Richardson et à Donald Trump ont été interceptés par les services secrets. La lettre adressée au quartier général du département de la Défense contenait notamment un dérivé de la ricine, poison végétal le plus violent et sans antidote.

Si ces missives n’ont fait aucune victime, le pays avait été touché quelques mois plus tôt par des attaques mortelles. En mars, la ville d’Austin au Texas avait été terrorisée par une série de cinq colis piégés qui avaient explosé et tués deux personnes. Le coupable, Mark Anthony Conditt, s’était suicidé alors que la police était sur le point de l’appréhender, laissant planer le doute sur ses motivations que certains pensaient racistes, ses deux victimes étant afro-américaines.

Le 11-Septembre et l’anthrax

Dans toute l’histoire du pays, les attaques à l’anthrax restent probablement les plus marquantes des lettres piégées . Une semaine après les attentats du 11-Septembre, des courriers renfermant une bactérie entraînant la maladie du charbon, très infectieuse, avaient été envoyés à différents médias et sénateurs démocrates. Les plis, qui avaient fait souffler un vent de panique sur Washington, ont fait cinq morts et infecté 17 personnes. 

Le FBI, qui soupçonnait le chercheur Bruce Ivins qui s’est suicidé en 2008avait interrogé plus de 9000 personnes mais la lumière n’a jamais été officiellement faite sur l’identité du responsable.

Unabomber

Comme le rappelle CNN, la Poste américaine a commencé à voir ce genre de menaces apparaître il y a près de 100 ans. En 1919, le service de livraison avait intercepté plus de 35 courriers piégés. Envoyés aux quatre coins du pays, ces lettres avaient pu être identifiées grâce à un employé qui s’était rendu compte que des engins explosifs remis à un sénateur et un maire étaient emballés de la même manière que d’autres colis qu’il avait vu passer dans son centre de tri.

Donald Trump n’est par ailleurs pas le seul président en fonction à voir reçu des lettres piégées. Le 33e chef d’État Harry Truman -au pouvoir entre 1945 et 1953- a été la cible de plusieurs de ces attaques, révélait une autobiographie. Une série de ces missives avaient été envoyées au président en 1947 et avaient réussi à arriver jusqu’à la Maison Blanche avant que les services secrets n’interviennent.

L’un des cas de terrorisme intérieur par courrier les plus marquants des États-Unis reste enfin les attaques perpétrées par Theodore Kaczynski entre 1978 et 1996. Surnommé Unabomber, cet homme originaire de Chicago a mené une campagne d’attentats pendant près de vingt ans, faisant trois morts et 23 blessés avec les 16 bombes qu’il avait envoyées.

Dans un manifeste de 35.000 mots envoyé au FBI, et publié dans le New York Times et le Washington Post, il expliquait notamment vouloir empêcher le progrès technologique et se débarrasser de la gauche politique. En 2011, le terroriste norvégien Anders Breivik s’est inspiré du même texte et en a copié des portions pour écrire son manifeste.

Arrêté en 1976, Theodore Kaczynski a été condamné à la perpétuité sans possibilité de libération et est toujours enfermé dans une prison haute sécurité du Colorado.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.