MAROC
25/11/2018 14h:46 CET

Les Champs-Elysées dans le chaos au lendemain de la manifestation des gilets jaunes

103 personnes ont été interpellées dans la capitale et 101 placées en garde à vue.

HuffPost

FRANCE - Les images du chaos pendant et après la manifestation des gilets jaunes samedi 24 novembre sur les Champs-Elysées ont choqué la France entière. Véhicules calcinés, barrières de chantiers amassés, restes de projectiles, commerces vandalisés... Au lendemain des protestations des gilets jaunes à Paris, les séquelles des affrontements de la veille témoignent de la violences des échauffourées.

La plus célèbre avenue française a été le théâtre de heurts violents qui ont opposé samedi manifestants des gilets jaunes et forces de l’ordre. Pour contenir la foule et limiter les débordements, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau. Le mouvement de protestation sociale, né sur les réseaux sociaux, et mobilisé depuis plus d’une semaine dans l’ensemble de l’hexagone, dénonce notamment la politique fiscale du gouvernement et la baisse du niveau de vie.

 Selon un nouveau bilan de la préfecture de police de Paris, diffusé dimanche et relayé par la MAP, 103 personnes ont été interpellées dans la capitale et 101 placées en garde à vue. Soulignant un essoufflement du mouvement, le ministre de l’Intérieur français Christophe Castaner avait fait état de 106.000 manifestants dans 1.619 actions en France, contre 282.710 la semaine précédente. 

Selon Le Parisien, la préfecture a également dénombré 24 blessés dans la capitale, dont 5 au sein des forces de l’ordre.

En réaction, le chef de l’Etat, Emmanuel Macron a exprimé “la honte” qu’il ressentait, tout en saluant le “courage et le professionnalisme” des forces de l’ordre. “Honte à ceux qui les ont agressées. Honte à ceux qui ont violenté d’autres citoyens et des journalistes. Honte à ceux qui ont tenté d’intimider des élus”, a écrit le président dans un tweet, ajoutant qu’il ne saurait y avoir de place pour ces violences dans la République. 

Des images violentes qui n’ont pas tardé à faire le tour du monde comme le montre la vidéo ci-dessous.