TUNISIE
05/12/2018 08h:50 CET

Les budgets des ministères des Affaires Culturelles, de l'Équipement et du Transport adoptés à l'ARP

Les budgets des trois ministères pour l'année 2019 ont été adoptés à l'ARP.

Anadolu Agency via Getty Images

L’Assemblée des Représentants du Peuple a  adopté, mardi, les budgets des ministères des Affaires culturelles, de l’Équipement et du Transport pour l’année 2019, au cours d’une plénière réalisée à cet effet.

Voici ce qu’il faut retenir.

Le budget du ministère des Affaires culturelles représente 0,73% du budget total

Le budget a été adopté à la majorité des voix. Sur les 107 élus présents, 98 ont voté pour, 9 contre et aucune abstention.

Le budget alloué au secteur culturel pour l’exercice 2019 s’élève à 300.146 millions de dinars, un montant qui couvrira les dépenses de gestion du développement et les dépenses des trésoreries. Ce budget connaîtra une évolution de 13,4%, soit 35.641 millions de dinars de plus que celui de l’année en cours estimé à 264.505 millions de dinars. Cette augmentation dans le budget du ministère ne dépasse pourtant pas les 0,73% du budget global de l’Etat. Intervenant devant le ministre des Affaires Culturelles, Mohamed Zinelabidine, la plupart des élus ont contesté ce montant du budget alloué à la Culture, dès lors qu’il constitue un secteur clé. De leurs avis, consacrer uniquement 0,73% à la Culture serait “insuffisant et en deçà des besoins réels du secteur”. 

Ils ont, dans ce sens, estimé qu’un tel budget faible alloué à la culture “ne traduit pas les ambitions des professionnels, ne permet pas de réaliser les objectifs et ne peut contribuer à la réalisation des projets tracés”.

Le projet du Budget avait été, auparavant, examiné dans la matinée lors d’une séance plénière à l’Assemblée, en se référant au rapport de la Commission de la jeunesse, de la culture, de l’éducation et de la recherche scientifique au sein de l’ARP.

Les dépenses de gestion connaissent une augmentation de 22,4%, avec 233.146 millions de dinars contre 190.505 millions de dinars en 2018. Les dépenses de développement connaissent un recul de 14,3% avec un montant total de 60 millions de dinars contre 70 millions de dinars en 2018.

Le budget alloué aux salaires dans la fonction publique représente 53,8% du budget du ministère, alors que le budget de gestion ne dépasse pas les 5,5%.

Le budget d’intervention publique représente un pourcentage de 18,4% alors que celui du développement avoisine les 20%. Le budget du Fonds d’encouragement à la création littéraire et artistique est de 2,3% du budget global du ministère.

Le budget du ministère des Affaires Culturelles 2019 a été élaboré selon une nouvelle méthode de gestion par objectifs. Les plans stratégiques du ministère sont répartis autour de cinq axes fonctionnels dans les différentes branches culturelles à savoir les “arts”, “livre et lecture”, “action culturelle”, “patrimoine”, “leadership et appui”. 

L’augmentation du budget s’explique par la création de nouvelles institutions culturelles dont le théâtre de l’opéra de Tunis, le musée d’Art moderne et contemporain, le Centre national de la marionnette. Ceci revient aussi à la hausse dans le budget alloué aux dépenses des délégations régionales à la culture.

Les cités dans les secteurs des arts, des civilisations, des lettres et du livre, bénéficieront de financements de l’ordre de 8,8 millions de dinars contre 5 millions de dinars. Le renforcement des actions culturelles dans les régions aura un appui de l’ordre de 1 million de dinars.

La mutuelle des artistes tunisiens et techniciens dans le secteur culturel bénéficiera de 100 mille dinars. Il y aura aussi une augmentation de l’aide temporaire aux créateurs et acteurs culturels.

Festivals et organisateurs de l’événementiel dans la Capitale ainsi que l’établissement national de promotion des festivals et manifestations culturelles bénéficieront d’une augmentation de 2, 920 millions de dinars.

 

Moins d’argent pour l’Équipement

Le budget du ministère de l’Équipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire, a quant à lui été adopté avec 120 voix pour, 6 abstentions et 11 voix contre.

Le budget du ministère s’élève à 1,202 milliards de dinars, contre 1,594 milliards de dinars en 2018. 

Le ministre de l’Équipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire Noureddine Selmi a passé en revue les projets qui devront être réalisés par son département, notamment ceux relatifs à l’infrastructure, la lutte contre les inondations et la lutte contre la corruption. 

Le ministre a demandé de hâter l’examen du projet de loi relatif aux bâtiments insalubres, d’autant plus que 5000 logements sont menacés d’effondrement, et de concrétiser le projet d’accord de crédit relatif à la réhabilitation des quartiers populaires. 

Cette loi permettra d’éviter certains dangers relatifs à l’effondrement des toits de certains bâtiments, a indiqué le ministre, évoquant le dernier incident survenu dans la capitale.

Le ministre a indiqué que le gouvernement a mis un programme de réhabilitation des quartiers populaires pour 146 quartiers d’une valeur de 635 millions de dinars, précisant que la première partie du programme est en cours d’exécution. 

Il a relevé que les commissions régionales ont reçu 234.000 demandes d’obtention d’un logement social, faisant remarquer que 1211 logements sont prêts.

Entre 2019 et 2020, le ministère prévoit l’achèvement de 7000 logements dans le cadre du programme d’éradication des logements rudimentaires, a indiqué le ministre.

Sur un autre plan, Selmi a annoncé que son département a transféré 47 dossiers relatifs à des soupçons de corruption à l’instance nationale de lutte contre la corruption.

 

Le RFR, priorité du ministère du Transport

Le budget du ministère du Transport pour l’année 2019 a quant à lui été adopté avec 115 voix pour, 15 contre et 5 abstentions. 

Le budget du ministère du Transport s’élève à 621,705 millions de dinars (MD) accusant une baisse de 2,9% en comparaison avec l’année écoulée. 

Dans ses réponses aux interventions des députés, le ministre du Transport Hichem Ben Ahmed a annoncé le démarrage de l’entrée en fonction de la première ligne ferroviaire rapide de Tunis au cours de l’été 2019 qui reliera la Place Barcelone à la cité Bouguetfa dans la délégation de Hrairia (gouvernorat de Tunis). Il a fait remarquer le retard de réalisation de ce projet en raison de difficultés foncières et administratives.

Le ministre a souligné le souci du ministère d’améliorer les services du transport public terrestre à la lumière de l’augmentation de 5% du nombre d’utilisateurs de ce mode de transport (environ deux millions de Tunisiens empruntent quotidiennement les bus). Et de rappeler que le département du Transport a acquis 500 nouveaux bus entre 2017 et 2018 afin de renforcer le parc, qui comprend 3350 bus. 

Concernant le transport ferroviaire, Ben Ahmed a annoncé la programmation de l’acquisition de 110 nouveaux wagons l’année prochaine, vu l’obsolescence des locomotives, indiquant que le ministère est entrain de trier les appels d’offres. 

Il a ajouté que le ministère oeuvrera, à partir de mars 2019, à la mise en place d’une nouvelle programmation pour réduire le temps de voyage à bord des trains, notamment les lignes Tunis-Sfax et Tunis-Gabès. 

S’agissant des passages frontaliers, le ministre a expliqué qu’une concession sera accordée pour la création d’un centre commercial au poste frontalier de Melloula (entre Tabarka et l’Algérie) au cours de l’été 2019, mettant en exergue l’importance de ce projet qui emploie 50 agents, originaires de la région et devrait renforcer le trafic des passagers. 

Le projet du métro de Sfax, a-t-il dit, avance à un rythme soutenu et les équipements nécessaires seront acquis à la fin du mois de décembre 2019, en prévision du démarrage des travaux. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.