TUNISIE
04/09/2019 13h:31 CET

Les attentes économiques des Tunisiens après les élections décortiquées par l'UTICA

7 tunisiens sur 10 estiment que les candidats à la présidence de la République doivent avoir un programme économique et social.

Facebook/Utica Tunisie

L’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) a publié, mardi, un sondage, mené par Elka Consulting, auprès des Tunisiens afin de connaitre leurs principales attentes sur le volet économique de la part des futurs élus. 

La libération de l’économie est la mesure prioritaire sur le court terme pour restaurer la confiance et le développement selon 28% des sondés, arrive ensuite la réforme de l’école et de la santé pour 24%, puis la création d’une caisse d’allocations directes aux plus démunis pour 20%. 

“La mesure prioritaire de libération de l’économie comprend notamment des baisses de taxes, taux de douane, amnisties et créations de zones franches. Les réponses à cette première question démontre la forte attente économique de nos concitoyens” indique l’UTICA.

 

Un rôle économique et social important pour le président de la République

A la question “est-ce que le président de la République a un grand rôle à jouer pour l’économie et le social?”, 70% des personnes interrogées répondent par la positive estimant que les candidats à la présidentielle doivent avoir “un programme économique et social”.

Près d’un Tunisien sur deux veux être patron de sa PME

43% des personnes interrogées voudraient être à la tête de leurs propres PME selon le sondage effectué par l’UTICA.

“Contrairement à l’état d’esprit qui a prévalu dans notre nation il y a encore quelques années, le parcours entrepreneurial devient aujourd’hui le parcours plébiscité les Tunisiennes et les Tunisiens” explique le patronat avant de poursuivre: “Cela est un changement de paradigme, encore plus révélateur chez les 18 à 35 ans, que l’UTICA compte soutenir en promouvant des mesures d’inclusion entrepreneuriale”.

Par ailleurs, seulement 23% des personnes interrogées souhaitent travailler dans l’administration ou une entreprise publique, 15% dans le privé et 14% ne pas travailler du tout.

Un entrepreneur par famille d’ici 10 ans

78% des Tunisiens interrogés soutiennent l’idée qu’il faut avoir au moins un entrepreneur dans chaque famille tunisienne d’ici 10 ans.

“Le parcours entrepreneurial est même plébiscité comme ambition nationale” souligne le patronat qui explique: “L’UTICA pense que l’inclusion entrepreneuriale est non seulement possible, souhaitable mais nécessaire. Elle est atteignable en libérant l’accès au marché national et étranger, notamment par une diplomatie économique active, en libérant l’accès au crédit, en permettant l’immersion sectorielle des jeunes par des stages, en réformant l’école, l’université et la formation professionnelle, et simplifiant les lois et procédures et en misant sur l’auto-entrepreneuriat. L’UTICA s’engagera notamment à développer l’essaimage, le coaching et le mentoring”.

Une simplification du corpus législatif

58% des personnes interrogées ont affirmé que la Tunisie a beaucoup de lois anciennes, illogiques qui retardent et empêchent d’avancer appelant à une simplification du corpus législatif.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.