ALGÉRIE
22/04/2019 17h:35 CET

Les alliés de Netanyahou veulent le radicaliser davantage contre les Palestiniens

Avigdor Lieberman, du parti Israël notre maison, exige du Premier ministre israélien qu’il s’engage à liquider l’organisation islamiste palestinienne Hamas et à faire adopter une loi autorisant de condamner à mort les auteurs palestiniens d’attentats anti-israéliens

NurPhoto via Getty Images

Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, a rapporté aujourd’hui Al Sharq al Awsat, se plaint de ce que ses alliés de droite, avec qui il est en négociations pour la formation d’un nouveau gouvernement, lui mettent des conditions qui provoquent des crises au sein de son parti, le Likoud, et avec d’autres partenaires possibles, les partis religieux.

Selon le correspondant de ce quotidien panarabe à Tel Aviv, les problèmes auxquels est confronté Benyamin Netanyahou proviennent principalement de trois alliés : l’ancien ministre de la Défense, Avigdor Lieberman (Israël notre maison), l’actuel ministre des Finances, Moshe Kahlon, et Rafi Peretz (Union des partis de droite).

Avigdor Lieberman, explique Al Shark al Awsat, exige du Premier ministre israélien qu’il s’engage à liquider l’organisation islamiste palestinienne Hamas et à faire adopter une loi autorisant de condamner à mort les auteurs palestiniens d’attentats anti-israéliens.

Le pari des colons exige l’annexion des colonies à Israël

Moshe Kahlon, de son côté, voudrait garder pour lui l’important ministère des Finances malgré le recul de son parti aux dernières législatives (4 sièges au lieu de 10), précise le correspondant du journal à Tel Aviv.

Quant à l’Union des partis de droite qui défend les intérêts des colons, outre ses exigences en termes de portefeuilles ministériels (il en réclamerait deux alors qu’il n’a que 5 sièges à la Knesset), il voudrait que Benyamin Netanyahou s’engage à annexer les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés et à rejeter tout projet d’Etat palestinien “entre le Jourdain et la Méditerranée”.

Vengeance ?

Citant des observateurs, le correspondant du quotidien panarabe explique l’attitude intransigeante des alliés du Premier ministre israélien par la volonté d’exploiter son besoin à leur soutien mais aussi par leur désir de se venger de lui parce que, lors des dernières législatives, il a œuvré à séduire leurs électeurs en radicalisant son discours anti-palestinien.

Ces exigences créeraient à Benyamin Netanyahou des problèmes au sein du Likoud, où il lui est demandé de réserver à des dirigeants du parti les principaux portefeuilles ministériels.