ALGÉRIE
06/08/2019 10h:45 CET

Les Algériens voyagent moins cet été, les agences touristiques en risque de faillite

Les Algériens voyagent beaucoup moins à l’étranger cet été 2019 pour des raisons économiques principalement alors que les coûts pour la Tunisie ont augmenté de près de 30% . Les agences touristiques se morfondent. Leur syndicat évoque une situation “catastrophique” pour 2600 agences pour l’année 2019.

ANIS MILI via Getty Images

Les Algériens voyagent moins, les raisons restent assez vagues: dégradation du niveau de vie, baisse de la valeur du dinar. Le journal El Khabar qui donne la parole au président du syndicat des agences touristiques évoque même parmi les causes “le hirak populaire soudain qui a influencé, d’une manière ou d’une autre sur la disponibilité de liquidités” ainsi que les refus de visa. Si les “explications” restent imprécises et vagues, la réalité d’une baisse des voyages à l’étranger - la Tunisie voisine est la principale destination du tourisme estival des Algériens - semble bien réelle.  

Lyes Senouci, porte-parole du Syndicat national des agences de voyages touristiques Algériennes affirme que 2019 sera “catastrophique” avec en prime 20.000 emplois menacés. Dans sa déclaration au journal El Khabar, Senouci impute ce recul des départs en vacances à l’étranger à la dégradation des conditions dans le pays et l’engagement de nombreux ménages dans le paiement des tranches pour l’acquisition de logements. 

Ces exigences, dit-il, les contraignent à sacrifier tout ce qui paraît superflu et en premier les vacances. “Si la tendance se maintient, de nombreuses agences touristiques vont se retrouver menacés de faillite. 20.000 travailleurs vont se retrouver au chômage” affirme Lyes Senouci qui a évoqué également une chute de la valeur du dinar comme un élément dissuasif. 

Le porte-parole du syndicat évoque également une politique “opportuniste” des Tunisiens à l’égard des touristes Algériens. “La Tunisie a toujours considéré - et elle continue de le faire - le touriste algérien comme un touriste de remplacement. Elle ne s’intéresse à lui que lorsque le touriste européen s’abstient de venir en Tunisie”. 

Selon lui, le nouveau ministre tunisien, René Trabelsi, a conclu des accords avec leurs européens et les américains, ce qui s’est traduit par une hausse des prix pour les Algériens à un niveau atteignant près de 30% par rapport à la saison écoulée.